Back to Top
×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

Olivier Schrameck : LCI sur la TNT gratuite « au plus tard le 5 avril »

+A -A
Public Sénat
Le 26.01.2016 à 11:02

Dans l’émission Territoires d’Infos de Public Sénat et Sud Radio, Olivier Schrameck, le président du CSA annonce que le passage de la chaine d’info LCI se fera « au plus tard la nuit du 4 au 5 avril ».

Alors que la chaine LCI n’est toujours pas présente sur la TNT  ce malgré la décision positive du CSA, Olivier Schrameck a rappelé que ce passage en gratuit « est subordonné au respect des engagements que LCI a pris ». Le président du CSA fait notamment référence à l’engagement de la part du groupe TF1 de limiter la part des journaux au sein de sa grille, et de ne pas faire de couplages publicitaires ou de promotions croisées.« Nous devons discuter de ces engagements qui doivent être inscrits dans la convention qui va lier LCI au CSA, puis nous aurons à régler des programmes techniques dans l'insertion du multiplexe de la TNT gratuite et enfin, nous aurons à décider de la numérotation ». a précisé Olivier Schrameck. Il assure cependant « qu’il n’y a aucun conflit ni aucune crise » avec TFI et annonce que le passage en clair de sa chaine d’info se fera dans « quelques semaines et, au plus tard, dans la nuit du 4 au 5 avril », lors du passage de la TNT en haute définition.

La campagne de la prochaine élection présidentielle de 2017 pourrait aussi voir son traitement médiatique modifié. Pour lutter contre l’abstention, le président du CSA propose de mettre fin « à la veille médiatique » du samedi précédent le dimanche du premier et second tour. « Comme le temps politique est accéléré et court, plus longtemps on parle politique et plus on pousse les électeurs à s’investir dans les opérations électorales, c’est donc une lutte contre l’abstention » a-t-il estimé. Olivier Schrameck veut aussi limiter« les inégalités entre ces formes nouvelles de communications que sont les blogs, les sites, les réseaux sociaux et les télévisions et les radios. Afin que ceux qui ont la responsabilité éditoriale ne soient pas désavantagés ».