Back to Top
×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

Pascale Boistard prend Sarkozy en exemple « pour faire la différence entre la droite et la gauche »

+A -A
Public Sénat
Le 10.03.2016 à 12:10

Pascale Boistard, Secrétaire d’Etat chargée des personnes âgées et de l'autonomie était l’invitée de Territoires d’Infos sur Public Sénat et Sud radio. Si elle ne « minimise pas » le mouvement social contre la Loi Travail, elle assure que son gouvernement mène une politique de gauche, « les attaques de la droite » en sont la preuve, selon elle.

Aux accusations de « trahison », lancées par les jeunes manifestants hier, Pascale Boistard n’y « croit pas ». « Depuis 2012, de nombreuses avancées sociales ont été votées par les parlementaires et proposées par le gouvernement (…) Je pense par exemple à ces personnes qui ont travaillé depuis le plus jeune âge et qui peuvent partir à la retraite à 60 ans, à la garantie jeune, tout ce qu’on a fait pour le droit des femmes ».

La Secrétaire d’Etat appelle ceux « qui se disent de gauche » à voir la différence avec ce que serait une politique de droite. Une référence aux propositions de Nicolas Sarkozy hier soir : « 300 000 emplois publics en moins. Pour ceux qui avaient encore des questions sur la différence entre la droite et la gauche… Et tous les élus de droite et candidats à la primaire sont d’accord aussi pour 100 milliards d’économie sur le budget (…) il faudra qu’ils puissent nous préciser d’ailleurs dans quels secteurs » s’interroge-t-elle.

Alors que les départements fustigent le financement de la revalorisation de l'allocation personnalisée d'autonomie (APA), mesure phare de la loi d'adaptation au vieillissement, Pascale Boistard voit des « raisons politiciennes » à cette grogne. « Ce que je peux vous dire c’est que cette loi a été co-construite par toutes les associations, tous les acteurs du secteur du vieillissement et l’association des départements de France. Je considère qu’aux côtés de l’Etat, les départements sont le filet social de notre pays au plus près de nos concitoyens ».