Le Pen : Mélenchon est un «gros sénateur bourgeois»

+A -A
Par Public Sénat
Le 10.04.2012 à 19:02

Publicsenat.fr VOD

Marine Le Pen était l’invité de Preuves par 3, diffusé ce soir à 22h30 sur Public Sénat. Très corrosive contre Nicolas Sarkozy, elle a attaqué Eva Joly contre laquelle elle portera plainte pour diffamation.

Alors que Nicolas Sarkozy et François Hollande multiplient les séjours en banlieue, Marine Le Pen a souhaité prendre le contre pied. « Tout le monde passe sa vie en banlieue. Et bien moi je ne vais pas en banlieue. Je vais en campagne » a-t-elle expliqué soulignant que « l’immense majorité de la France vit dans la ruralité ».  « Elle ne vit pas dans les banlieues ou dans les quartiers » qui seraient selon elle favorisés. « Ils ont les caméras de télévision, ils ont l’argent de la politique de la ville qui se déverse, ce sont des milliards. Ils ont aux chevets de leur préoccupation les responsables politiques en permanence. Il n’y a qu’un malheur, c’est que les gens qui vivent en banlieue et qui sont confrontés aux difficultés, ils savent qu’ils n’ont rien à  attendre de Nicolas Sarkozy. »

Questionnée sur le premier tour, la candidate frontiste s’est montrée confiante. «  Je me vois à 20% » a-t-elle affirmé invoquant son « instinct » pour faire taire les sondages moroses qui la situent au mieux à 15 %, au pire à 13%. 

Souvent critiquée sur son manque de propositions sur les problèmes internationaux, Marine Le Pen a déclaré être « une responsable politique » et non « une candidate Miss France », balayant les critiques sur son silence face aux violences en Syrie.

Sur Jean-Mélenchon qui la talonne dans les intentions de vote, elle a critiqué le candidat du Front de gauche qui serait resté un « gros sénateur bourgeois, intégré au système ».

En visite à Hénin-Beaumont, Eva Joly a qualifié la candidate frontiste d’« héritière d’une fortune illégitime » (la fondation Lambert). « Elle devra en répondre devant les tribunaux » lui  a répondu Marine Le Pen. « C’est peut-être une circonstance aggravante qu’elle soit une ancienne juge d’instruction, » l’accusant de diffamation.

« Quand Eva Joly aura fait sur le plan politique autant que ce que j’ai fais en matière de dénonciation de l’ensemble des réseaux de corruption qui pourrissent le Pas-de-Calais, elle pourra donner des leçons de sa chaise de juge. »