Back to Top
×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

Petroplus : «Le gouvernement s’engage derrière» l’offre égyptienne, affirme Montebourg

+A -A
Par Public Sénat
Le 07.02.2013 à 17:07


 

Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, était l’invité d’« On refait la séance », jeudi sur Public Sénat. Interrogé sur le cas de la raffinerie de Petroplus, il a exprimé sa préférence pour l’offre égyptienne. Le ministre a déclaré que « nous avons eu la chance d’accueillir une offre un peu surprise, qui pour nous est de bonne qualité, qui est l’offre d’un groupe égyptien ayant pignon sur rue. (…) Ce sont les opérateurs du barrage d’Assouan, (…) les distributeurs de PSA en Egypte. Nous les connaissons », a affirmé le ministre après les questions d'actualité au Sénat. « Notre travail, c’est de nous engager à faire tenir debout cette offre et de la rendre possible ».

Alors que François Fillon dénonce les « approximations » et la « démagogie » du gouvernement sur Petroplus, le ministre du Redressement productif répond : « Je crois qu’il ferait mieux, vu le bilan en matière de destruction d’emplois industriels, de revenir à plus de discrétion. Ce que je dis, c’est que le gouvernement a décidé de s’engager derrière une offre - il y en a eu une deuxième intéressante - de manière à obtenir la reprise de cette raffinerie. (…) C’est une stratégie industrielle. (…) Le premier ministre a dit qu’il serait possible qu’il y ait une participation minoritaire (de l’Etat) dans le capital de cet investisseur, s’il le souhaite », a confirmé Arnaud Montebourg.

« Ce n’est pas à un administrateur judicaire, encore moins à la direction d’une usine qui est sous liquidation, de dire ce qui est recevable ou pas. (…) Le tribunal lui seul en jugera. Ce n’est ni à l’opposition, ni d’ailleurs aux syndicats, ni même au gouvernement de juger de la recevabilité, (…) mais au tribunal et lui seul », a répété Arnaud Montebourg.

Hier, la direction de l’usine et les administrateurs se sont félicités des offres de reprises déposées mardi par le suisse Terrae, l'égyptien Arabiyya Lel Istithmaraat International, la société libyenne Murzuk Oil, la chypriote FJ Energy Group et la française Damanapol. Ils les ont toutefois estimées non « recevables en l'état ».