Placé ne veut pas du nouveau mode de scrutin départemental

+A -A
François Vignal
Le 17.01.2013 à 16:14
Placé ne veut pas du nouveau mode de scrutin départemental
© AFP / JOEL SAGET

Dans l’histoire des modes de scrutin, c’est une première. Mais elle ne plaît pas à tout le monde. Depuis mardi soir, le Sénat examine le mode de scrutin pour les futures élections départementales. Un mode de scrutin binominal majoritaire homme/femme à deux tours. Les électeurs voteront pour un ticket paritaire dans chaque canton, dont le nombre sera divisé par deux.

Mais ce mode de scrutin – l’article 2 du projet de loi – ne convient pas au groupe écologiste du Sénat. « Tel qu’il est proposé, nous ne voterons pas le scrutin départemental. Nous nous abstiendrons car il n’y a pas de proportionnelle, mais un scrutin majoritaire », annonce à publicsenat.fr Jean-Vincent Placé, président du groupe Europe Ecologie-Les Verts au Sénat. « L’accord Verts/PS stipulait que les scrutins locaux devaient avoir une part de proportionnelle. Ça ne le respecte pas », pointe-t-il.

Jean-Vincent Placé ajoute : « Nous faisons cependant un effort en nous abstenant, car il y a une avancée avec la parité ». Sur le vote final, le sénateur de l'Essonne maintient le suspense. « Ce sera entre l’abstention et le vote pour », affirme-t-il, attendant de voir sur le monde de scrutin pour les métropoles. « Pour celles de plus de 400.000 habitants, il pourrait y avoir un scrutin direct. C’est intéressant », relève-t-il.

Les communistes sont aussi opposés au scrutin binominal, préférant la proportionnelle. Des élus ruraux s’y opposent également. Au Sénat, la gauche ne détient la majorité qu’à six voix près. L’examen du texte doit se terminer d’ici la fin de la semaine.

 
Sur le même thème :

«Révolution» ou «tripatouillage» ? Les nouvelles règles électorales au menu du Sénat

Un scrutin binominal homme/femme, des élections repoussées d’un an, un redécoupage électoral qui divise par deux le nombre de cantons : le Sénat commence l’examen des nouvelles règles pour l'élection des conseillers généraux. Au passage, ils changent de nom pour conseillers départementaux.