×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

Polémique Guéant : un député évoque le «régime nazi», le gouvernement quitte l’Assemblée

+A -A
F.V.
Le 07.02.2012 à 16:14

C’est un fait exceptionnel dans l’hémicycle. Les membres du gouvernement, François Fillon en tête, et les députés UMP et Nouveau centre ont quitté mardi la séance des questions d’actualité au gouvernement. La raison ? Une question du député apparenté PS de Martinique Serge Letchimy. Il a évoqué les « camps de concentration » et le « régime nazi », au sujet des propos de Claude Guéant sur « les civilisations ».

« Mais vous, M. Guéant, vous privilégiez l'ombre, vous nous ramenez jour après jour à ces idéologies européennes qui ont donné naissance aux camps de concentration, au bout du long chapelet esclavagiste et colonial », lance le député. Indignation des députés UMP qui se lèvent et montrent du doigt. Dans une ambiance survoltée, Serge Letchimy continue : « M. Guéant, le régime nazi, si soucieux de purification, est-ce une civilisation ? La barbarie de l’esclavage et de la colonisation, était-ce une mission civilisatrice ? Il existe une France obscure qui cultive la nostalgie de cette époque. Que vous comptez la récupérer sur les thèmes du Front national, c’est un jeu dangereux et démagogique qui est inacceptable ».

Quelques minutes après, Serge Letchimy a justifié ses propos : « On va vers une dérive. On ne peut pas se taire quand on entend ce genre de choses. (…) Ce type de propos nous conduit à des dérives », a-t-il affirmé, interrogé par LCP-AN. Le député ajoute : « Ceux qui se sont levés n’ont peut-être pas écouté la question ».

Dans un communiqué, le premier ministre François Fillon a demandé aux « responsables de l'opposition » de « condamner » les propos tenus par Serge Letchimy. Il « déplore que l’opposition ait choisi d’avoir recours à une provocation indécente lors de la séance des questions au gouvernement à l’Assemblée nationale ».