Back to Top
×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

Primaire des Républicains : Frédéric Lefebvre critique les modalités de parrainage

+A -A
Le 15.02.2016 à 10:45

Révélé par Nicolas Sarkozy, Frédéric Lefebvre a coupé le cordon. Désormais candidat à la primaire de la droite et du centre, le député des Français de l’étranger, a bien l’intention de faire parler de lui, comme il l’explique ce lundi sur Public Sénat et Sud Radio. Au lendemain du conseil national des Républicains, se sent-il désormais engagé par le projet dessiné par Nicolas Sarkozy ? « Bien sûr que non » répond-il, lapidaire. « Vous avez un parti politique, Les Républicains, auquel j’appartiens, vous avez un président de ce parti qui essaye de déterminer un socle commun. Encore faut-il qu’on le construise avec la France du quotidien, que ça ne vienne pas d’en haut » critique-t-il. « Il faut changer les choses. »

Et le député espère bien être l’homme providentiel lors de cette primaire. Si sa candidature est actée, il faut désormais obtenir la signature de 20 parlementaires, de 250 élus et de 2500 adhérents des Républicains. Un vrai défi pour celui qui ne représente qu’1% des intentions de vote. « Ce sont des histoires de boutique, de parti politique » se plaint Frédéric Lefebvre. « Par exemple, pour les parrainages, on ne voudra nous donner les formulaires de parrainage que le 22 avril », peste-t-il, précisant qu’il ne voulait « même pas croire » à cette date aussi éloignée. 

« Ne me demandez pas pourquoi le 22 avril, je ne sais même pas pourquoi, simplement au prétexte que tout le monde doit avoir le même formulaire et que ce formulaire doit être conforme aux règles du Conseil constitutionnel » affirme-t-il. « J’ai proposé que sur papier blanc, on remplisse toutes les conditions qu'ils veulent, on les fasse valider ». Et de conclure, sans donner de nom : « je pense que cela gêne plus certains candidats que d’autres. »