×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

Primaire PS : Louvrier demande des garanties sur la protection des fichiers

+A -A
Le 16.06.2011 à 17:44

Le conseiller en communication de l'Elysée et secrétaire national UMP, Franck Louvrier, a demandé jeudi "des garanties quant à la protection des opinions des fonctionnaires territoriaux" lors de la primaire PS afin d'éviter "un détournement politicien des fichiers électoraux" à cette occasion.

Dans un communiqué, Franck Louvrier, qui est chargé des conseillers régionaux à l'UMP, propose notamment la présence "d'huissiers lors des opérations de collecte et d'effacement des données".

Comme le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, le 18 mai dernier, et la ministre Nadine Morano, Franck Louvrier, conseiller régional des Pays de Loire, s'est inquiété "du respect des libertés individuelles" durant la consultation socialiste et de la difficulté pour les fonctionnaires de municipalités PS à ne pas aller voter, s'ils le veulent.

"Par un mélange des genres des plus douteux, chaque +maire-employeur+ socialiste pourra savoir qui des fonctionnaires territoriaux sous son autorité, a voté à la primaire socialiste et, par conséquent, qui adhère aux +valeurs de la gauche+", écrit-il. Il a relevé, à titre d'exemple, que le maire de Nantes, Jean-Marc Ayrault, "dirige plus de 7.000 agents".

Pour M. Louvrier, "ce processus offre donc de façon totalement inconséquente le droit aux élus socialistes de séparer +le bon grain de l'ivraie+ au sein de leurs administrations, en totale violation du principe de neutralité du fonctionnaire territorial". "Ce détournement politicien des fichiers électoraux est invraisemblable", a ajouté M. Louvrier.

 
Sur le même thème :

Les préfectures sabotent-elles la primaire du PS ?

Le PS reproche à certaines préfectures d’être réticentes à lui transmettre les listes électorales pour l’organisation de la primaire. Dans les préfectures, on dément toute mauvaise volonté. Au PS, on s’interroge et on parle de «zèle encouragé» et de «blocage» pour «empêcher la primaire»…Enquête.