×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus

Primes aux sénateurs: Larcher éteint l'incendie

+A -A
Caroline Deschamps, Elise Aicardi
Le 07.07.2011 à 18:42

Publicsenat.fr VOD

© public sénat

L’affaire a fait grand bruit tout l'après-midi de ce jeudi au Sénat. Plusieurs sénateurs ont en effet refusé de percevoir une prime exceptionnelle de 3 531 euros octroyée par la questure du Sénat correspondant à « un rattrapage sur un complément d’indemnité représentative de frais de mandat versée en une seule fois en juin ». Une prime qui devrait finalement ne pas être versée. Le Président du Sénat a fait savoir ce soir qu'il souhaitait « une annulation de la prime» . Dans une lettre adressée aux questeurs, Gérard Larcher précise « cette décision suscite débats et interrogations, je les comprends et je les partage. Je souhaite donc l'inscription de ce point à l'ordre du jour de la prochaine réinion du Conseil de la Questure pour une annulation».

Pourtant, mercredi, Gérard Larcher avait défendu la prime dans le 22h dePublic Sénat en précisant que cette indemnité n’avait pas été revalorisée depuis 3 ans » et qu’elle représentait « 98 euros par mois».

Mais face à la la fronde menée par les centristes Jean Arthuis, François Zocchetto et la socialiste Nicole Bricq, le président du Sénat a fait volte-face préférant jouer l'apaisement à deux mois des élections sénatoriales.

Il faut dire que le malaise commençait à faire tâche d'huile cet après-midi dans la salle des conférences du Sénat, particulièrement animée en ce jour de questions d'actualité au gouvernement. A commencer par Xavier Bertrand. Interrogé dans l’émission « On refait la séance », le ministre du Travail a tout d’abord estimé qu’au nom de la séparation des pouvoirs,  l’exécutif n’avait pas à se mêler des affaires parlementaires, puis il admet : « Il y a des sénateurs qui y ont renoncé ? Ils ont bien fait ».

Regardez la vidéo:

 

Publicsenat.fr VOD

 

Le président de la commission des finances. Tout un symbole. Celui qui, sans relâche, alerte le gouvernement sur la réduction des finances publiques, a renoncé dès aujourd’hui à sa prime. Jean Arthuis affirme à 16h: « Je trouve très illégitime que nous percevions ce supplément d’indemnité, par conséquent j’ai décidé d’en rembourser le montant à la questure du Sénat et aujourd’hui  même j’écris au Président du Sénat pour annuler cette décision »

Et le sénateur centriste de la Mayenne, de confier qu’il trouve cela « choquant »  allant même jusqu’à affirmer « nous nous sommes laissés aller ».

Philippe Marini, le rapporteur de la commission des finances ne partage pas, quant à lui, la même analyse : « Moi je ne m’occupe que des finances de l’Etat, pas d’autres choses »

Sollicité, Jean-Claude Gaudin, le président du groupe UMP, répond  « merci, merci, je rentre à Marseille »

Jean-Pierre Raffarin tente lui d’esquiver la question « est-ce que vous allez rendre la prime ? », il s’en va puis revient et précise « cela ne veut pas dire non » et revient encore facétieux « cela ne veut pas dire oui ».

Guy Fischer, sénateur communiste du Rhône n’est pas forcément très à l’aise : « C’est un problème qui devrait être examiné globalement qui se pose au niveau du Sénat mais jusqu’à présent ce ne sont pas les sénateurs communistes qui abusent des primes au contraire, ils ont des ressources très limitées »

Catherine Tasca, vice-président socialiste apprend qu’un mouvement pour refuser la prime se dessine : « Je ne savais pas, c’est tout à fait leur liberté (les sénateurs), je pense que c’est une mesure qu’il n’y avait pas lieu d’être. Dans le contexte économique où nous sommes, ça ne répond pas à un besoin, ça arrive à un très mauvais moment par rapport aux attentes de nos concitoyens, donc je le dis très simplement, je pense que c’est une erreur. J’apprends qu’un mouvement se dessine pour renoncer, je pense que c’est une bonne idée. »

Son collègue, Daniel Raoul,  sénateur socialiste  du Maine et Loire, lui, ne sait rien.

« Je ne suis pas au courant. » « Vous savez que vous avez une prime ? » « Je ne sais pas, je n’ai pas encore regardé mon bulletin de paye, donc je ne sais pas de quoi, il s’agit ».

 

 

 
Sur le même thème :

Gérard Larcher : « La prime aux sénateurs représente 98€ par mois »

Invité du journal de 22 heures de Sonia Mabrouk, le président Larcher s’est exprimé sur l’affaire du questeur Pastor, la prime accordée aux sénateurs, les candidatures de Martine Aubry et Jean-Louis Borloo. Il souhaite l'instauration d'un contrôle entre présence et indemnité représentative de frais de mandat.