Le PS répond à Wauquiez : «Le cancer de la société» est avant tout «le chômage»

+A -A
César Armand, François Vignal, Mathilde Bellenger (images)
Le 09.05.2011 à 15:02

Publicsenat.fr VOD

© Public Sénat

Le ministre des Affaires européennes a annoncé dimanche soir que ses amis de « La droite sociale  » allaient déposer une proposition de loi visant à plafonner les minima sociaux à 75 % du SMIC et à contraindre les bénéficiaires du RSA à cinq heures de « service social » hebdomadaires. Morceaux choisis des premières réactions.

C’est Marie-Georges Buffet, l’ancienne Secrétaire nationale du PCF, qui a dénoncé, la première, des propos « scandaleux », estimant  que l’objectif du gouvernement est d’« essayer de rameuter l’électorat d’extrême-droite en montrant du doigt les Français qui vivraient de l’assistanat ».

Manuel Valls, député-maire PS d’Evry, et candidat à la primaire, est du même avis : « C’est tout à fait insupportable ! Il s’agit de désigner les chômeurs, les bénéficiaires du RSA comme des responsables, comme des coupables, comme les boucs émissaires de la crise. »

Au point presse du PS, le sénateur de Paris David Assouline a renchéri sur ce même thème : « Toute l’idée de Wauquiez c’est de dire que ceux qui sont dans cette misère c’est parce qu’ils le veulent bien (…) C’est vraiment irresponsable ! » Le responsable du Parti socialiste a fustigé les propositions du ministre Laurent Wauquiez : « Aujourd'hui (...), il y a un chômage qui est LE cancer de notre société », a lancé David Assouline, secrétaire national du PS à la communication (voir dans la vidéo).

Sur cette lignée, Olga Trotiansky, adjointe PS au maire de Paris en charge de la Lutte contre l’exclusion est plus vindicative à l’endroit du ministre : « Plutôt que de faire le lit du FN en parlant de profiteurs du système, on devrait plutôt s’interroger sur le SMIC qui devrait être revalorisé (…) et réfléchir à une politique de l’emploi plus efficace ».

Enfin, le Nouveau Parti Anticapitaliste a réagi par voie de communiqué : « Figure de proue d’une droite dite sociale, Laurent Wauquiez s’en prend avec une rare violence aux bénéficiaires du RSA et dans la foulée aux étrangers accusés de profiter indûment d’avantages sociaux (…) Cette sortie est insulte à l’égard de tous ceux et toutes celles en situation de précarité ».