Back to Top
×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

Réforme constitutionnelle: pas de position unanime des députés LR, Sarkozy tacle Fillon

+A -A
Le 09.02.2016 à 14:44
Réforme constitutionnelle: pas de position unanime des députés LR, Sarkozy tacle Fillon
© afp

Les députés LR ne sont pas parvenus mardi à une position unanime sur la révision constitutionnelle, qui inscrit la déchéance de nationalité dans la loi fondamentale, en dépit de l'appel à voter pour de Nicolas Sarkozy, qui s'en est pris à François Fillon.

   "Les avis sont partagés sur ce sujet. Il n'y aura pas de position unanime du groupe", a déclaré leur chef de file Christian Jacob devant la presse après une longue réunion, où une trentaine d'orateurs se sont exprimés, à la veille du vote solennel sur la réforme constitutionnalisant aussi l'état d'urgence.

   Si le président du groupe LR a cherché à minimiser des échanges "comme cela arrive entre gens passionnés dans une famille politique", plusieurs participants ont évoqué des débats tendus entre l'ancien président de la République et l'ancien Premier ministre. Devant les députés, Nicolas Sarkozy a plaidé une nouvelle fois pour l'inscription de la déchéance de nationalité dans la Constitution "pour rester fidèle à nos convictions".

   En cas de nouvel attentat, "on nous demandera des comptes. Les arguments des constitutionnalistes sont justes, mais ils seront balayés par les médias", a-t-il ajouté, selon des propos rapportés.

   Le président du parti Les Républicains s'en est vivement pris à François Fillon, qui venait d'expliquer "avoir conclu en son âme et conscience que la révision constitutionnelle n'était ni nécessaire ni  utile".

   "Tout ce qui n'est pas nécessaire et utile  discrédite l'autorité de l'Etat et du Parlement (...) Jouer la comédie à Versailles n'est pas ma conception d'une République lucide et déterminée", avait dit l'ancien chef du gouvernement.

   "François, j'ai lu ce que tu as déclaré. J'aurais préféré que tu viennes le dire au bureau politique où nous en avons débattu deux heures et où tu n'étais pas", lui a répondu Nicolas Sarkozy, s'en prenant à "ceux qui ont soutenu la déchéance par le passé et changent d'avis".

   Le vote pour a été notamment plaidé par Christian Jacob, Eric Ciotti, Christian Estrosi, Jean-François Copé ou Bruno Le Maire.

   Bruno Le Maire a indiqué qu'il voterait pour "notamment pour une raison politique. Hollande s'est mis dans une impasse, laissons-le dedans", ont raconté des députés. Pour Jean-François Copé, "il faut voter pour et laisser les socialistes se débrouiller entre eux". Selon Eric Woerth, "nos concitoyens ne comprendraient pas qu'on vote contre".

   Parmi les contre, Pierre Lellouche, Patrik Devedjian ou Nathalie Kosciusko-Morizet

   "Il y a un meilleur moyen d'en sortir: voter contre dès mercredi. Deuxième argument: on nous dit que les Français sont pour; dans un sondage récent, ils préféraient surtout l'indignité nationale. Je crois qu'ils sont surtout pour qu'on sorte de ce débat absurde", a déclaré l'ex-numéro 2 du parti.