Back to Top
×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

Réforme du travail : le texte « ne passe pas » au delà des frondeurs, prévient Hamon

+A -A
Le 18.02.2016 à 10:26

Bientôt un nouveau 49-3 ? Le député PS des Yvelines Benoît Hamon, invité de Territoires d’Infos sur Public Sénat et Sud Radio ce jeudi matin, estime que le futur projet de loi sur le Travail « ne passe pas » et heurte « un peu plus que les frondeurs » du PS, tout en critiquant l'éventuel recours au 49-3 évoqué par la ministre Myriam El Khomri.

« Ce ne sera pas une affaire de quelques frondeurs »

« Ce ne sera pas une affaire de quelques frondeurs face au gouvernement, il y aura sur ce projet de loi des débats extrêmement intenses qui ne feront que relayer ce que j’entends du coté des organisations syndicales, toutes obédiences confondues », a déclaré Benoît Hamon, l’une des figures de l’aile gauche du PS.

La ministre du Travail Myriam El Khomri a dit vouloir « convaincre » les parlementaires. Mais interrogé sur un éventuel recours au 49-3, elle a précisé que le gouvernement prendrait ses « responsabilités ». Une « très mauvaise méthode » pour Benoît Hamon selon qui « la ministre anticipe le fait de ne pas avoir la majorité ».

« Incontestablement » la fin des 35 heures

Benoît Hamon n'est notamment « pas favorable » à la « baisse du tarif des heures supplémentaires », une « mesure perdant-perdant ». « Je ne crois pas cette fable selon laquelle, pour qu'il y ait davantage de gens qui trouvent un emploi, il faille diminuer les droits de ceux qui sont dans l'emploi » a déclaré l'ancien ministre. « Si on baisse le tarif des heures supplémentaires, l'arbitrage sera facile » pour un chef d'entreprise qui préfèrera faire travailler davantage ses salariés plutôt que d'embaucher, a-t-il fait valoir.

Ce texte marque par ailleurs « incontestablement » la fin des 35 heures selon Benoît Hamon, « un mauvais calcul économique qui ne réduira pas le chômage et qui est injuste socialement ». « A partir du moment où on dérégule les conditions pour faire des heures supplémentaires, (…) demain nous verrons la durée hebdomadaire réelle de travail des Français augmenter » a-t-il affirmé.