Back to Top
×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

Régionales : le Front national en tête chez les ouvriers et les jeunes

+A -A
François Vignal
Le 07.12.2015 à 14:45
Régionales : le Front national en tête chez les ouvriers et les jeunes

Selon notre étude Ipsos/Sopra Steria réalisée sur 8.000 personnes avant le premier tour, 19% des personnes qui ont voté Nicolas Sarkozy en 2012 comptaient voter FN aux régionales. Le Front national est le premier parti chez les ouvriers (43%) et les jeunes de 18-24 ans (35%).

Au lendemain du premier tour des élections régionales, la France se réveille avec un FN qui domine ce scrutin. Le parti de Marine Le Pen est arrivé en tête dans 6 régions et dans 46 départements, contre 43 au premier tour des départementales. En Nord-Pas-de-Calais-Picardie et PACA, son score est énorme, avec plus de 40% des voix. Il réalise 6 millions de voix sur tout le territoire, soit un peu moins que les 6,4 millions recueillis lors de la présidentielle de 2012, où l’abstention était moins forte.

Plus de 60% de voix FN dans certains villages

Dans plusieurs villages, le FN écrase totalement les autres partis. Dans l’Aisne, Marine Le Pen fait 63,64% à Laversine (165 habitants), 59,09% à Selens (195 habitants), 58,52% à Condé-sur-Aisne. En Meurthe-et-Moselle,  Floriant Philippot fait 60,66% à Fécocourt (113 habitants), 68,57% à Lavincourt (71 habitants). Dans le Var, Marion Maréchal-Le Pen réalise 59,84% des voix à Artigues (216 habitants).

Le FN réalise aussi de gros scores dans les villes remportées lors des municipales de 2014, comme à Villers-Cotterêts (Aisne), avec 48,65%, 50,43% à Fréjus (Var) ou 45,81% à Béziers (Hérault). (Voir le détail des résultats, ville par ville, avec notre carte interactive).

Chez les 18-24 ans, FN devant le PS mais à égalité avec l’ensemble de la gauche

La sociologie de l’électorat montre que le FN continue d’être le premier parti chez les ouvriers et les jeunes, selon notre étude Ipsos/Sopra Steria pour France Télévisions, Radio France et LCP/Public Sénat. Si celle-ci a été réalisée avant le premier tour, du 29 novembre au 2 décembre, l’échantillon de 8.053 personnes, soit 600 personnes par régions, donne une idée précise de la réalité du vote.

35% des 18-24 ans ont voté FN, contre 21% pour le PS/PRG et 21% pour les listes LR/UDI/Modem. Mais avec le total gauche, le chiffre passe à 35% des jeunes qui votent à gauche, soit autant que pour le FN. Chez les 25-34 ans, le FN est toujours en tête (28%), suivi de près par le PS (27%) puis LR (21%).

Le parti d’extrême droite s’implante dans toutes les catégories

Selon les catégories socioprofessionnelles, les ouvriers votent très largement pour le FN (43%), puis pour le PS (20) et LR (17%). Une majorité d’employés vote aussi pour le FN, avec 36%, puis 21% pour LR et 20% pour le PS. Le parti d’extrême droite s’implante dans toutes les catégories. Il est en tête chez les agriculteurs, artisans, chefs d’entreprise (35%), juste devant LR (34%). Il fait 25% chez les professions intermédiaires (28% pour le PS, 24% pour LR) et chez les cadres supérieurs, il réalise 17%, contre 30% pour le PS, 29% pour LR et 10% pour EELV.

36% des personnes qui ont un niveau de diplôme inférieur au bac votent FN (23% LR, 20% PS). Chez les titulaires d’au moins un bac +3, les listes LR/UDI/Modem arrivent en tête avec 33%, suivies du PS/PRG avec 27% puis du FN avec 14%.

Déperdition chez Les Républicains en faveur du FN

Cette étude montre aussi une déperdition de l’électorat de Nicolas Sarkozy et des Républicains en faveur du FN. Un constat qui peut aller dans le sens de ceux, chez Les Républicains, qui militent pour une ligne plus centriste alors que Nicolas Sarkozy maintient depuis 2012 une ligne droitière pour tenter de conserver son électorat et de récupérer celui du FN. A l’inverse, certains y verront la nécessité d’aller encore plus à droite.

On observe ainsi que 19% des personnes qui ont voté pour l’ancien Président en 2012 votent Front national aux régionales (8% de ceux qui ont voté Bayrou, 7% de ceux qui ont voté Hollande et 9% des électeurs de Mélenchon). Par ailleurs, 11% des électeurs de l’UMP, lors des européennes de 2014, se sont tournés vers le FN. Selon la proximité politique, 13% des personnes proches du parti Les Républicains ont voté FN aux régionales, 8% des sympathisants UDI et 6% des Modem.

Abstentionnistes de gauche plus nombreux

Le profil des abstentionnistes montre qu’ils se situent davantage chez les jeunes (65% des 18-24), ce qui recoupe le haut score du FN dans cette catégorie. 58% des employés et 61% des ouvriers ne comptaient pas se déplacer selon cette étude, contre seulement 33% des retraités.

Enfin les abstentionnistes de gauche sont plus nombreux : 50% des électeurs de Jean-Luc Mélenchon en 2012 et 46% de ceux de François Hollande, alors que 42% des électeurs de Nicolas Sarkozy sont restés chez eux et 43% de ceux de Marine Le Pen.