Back to Top
×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

Révision constitutionnelle : Bruno Le Roux dénonce « une double erreur du Sénat »

+A -A
Julie Torterolo
Le 18.03.2016 à 11:39

Invité de Territoires d’Infos sur Public Sénat et Sud Radio, Bruno Le Roux refuse l’éventualité d’une réforme constitutionnelle amputée de l’un de ses deux articles et fustige le Sénat d'avoir commis « une double erreur ». Le président du groupe Socialiste à l’Assemblée s’est également positionné pour une procédure d’urgence pour la loi travail.

Après l’adoption jeudi de la déchéance de nationalité pour les seuls binationaux par le Sénat, Bruno Le Roux reproche à la chambre haute du Parlement « d’avoir commis une double erreur ». Pour lui, le Sénat n’a pas cherché « le consensus », « n’a pas essayé de reproduire » ce que l’Assemblée national avait fait. Un travail où il y avait la majorité des 3/5 « qui dépassait la gauche », insiste-t-il. Il reproche ensuite aux sénateurs de faire une différence entre les terroristes. « Qu’il ait une ou deux nationalités, le terroriste doit se voir priver de la nationalité française », précise fermement Bruno Le Roux.

Pour Bruno Le Roux, la révision consitutionnelle n'a pas de sens sans les deux articles

Bruno Le Roux estime alors «  difficile » un futur congrès à Versailles. « Le principe de notre système c’est qu’il puisse y avoir des navettes, mais on voit bien que pour ce texte la navette ne peut pas durer indéfiniment », explique le président du groupe Socialiste à l’Assemblée nationale. Pour lui, « les sénateurs de droite ont pris une mauvaise décision dans l’affichage qu’ils montrent de la volonté d’un consensus républicain, maintenant la balle est dans leur camp ».

Bruno Le Roux estime « qu'il y a urgence » pour la loi travail

Au sujet de la loi travail, le député PS de la première circonscription de la Seine-Saint-Denis se positionne en faveur d’une procédure législative d’urgence c’est-à-dire l’interruption de la navette au bout d’une seule lecture devant chaque assemblée et non deux comme le prévoit le schéma classique. « Sur beaucoup de textes cela a pu me choquer, sur celui là ça ne me choque pas. Il y a urgence à le mettre en œuvre rapidement pour les entreprises et les salariés », estime-t-il.

Bruno Le Roux a par ailleurs précisé avoir demandé au rapporteur de la commission des affaires économiques de l’Assemblée – qui examinera le projet de loi El Khomri dans dix jours – de s’intéresser tout particulièrement au volet TPE/PME. « Je pense que cette loi doit être une double loi : pour la jeunesse et pour les TPE, PME », conclut-il.

 

 
Sur le même thème :

Déchéance de nationalité: Valls "regrette profondément" que le Sénat refuse le "consensus"

Manuel Valls et la majorité de droite du Sénat se sont opposés d'emblée mercredi sur la question de la déchéance de la nationalité pour terrorisme, en...

Le Sénat vote la déchéance pour les binationaux après un débat tronqué

Le Sénat a adopté l’article de la révision constitutionnelle sur la déchéance en visant les binationaux, contre l’avis du gouvernement, éloignant tout accord avec les députés. Les amendements de suppression de la déchéance n’ont pu être votés, grâce à la procédure. Les opposants dénoncent « une manœuvre» de la commission et du gouvernement.