Back to Top
×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

Révision constitutionnelle : Gérard Larcher demande une rencontre en « tête à tête » avec François Hollande

+A -A
Simon Barbarit
Le 22.03.2016 à 17:39

Quelques minutes après le vote du Sénat de la révision de la Constitution intégrant l’état d’urgence et limitant la déchéance pour les terroristes binationaux, Gérard Larcher demande une rencontre « en tête à tête » avec François Hollande et lui demande de « rassembler » les Français.

La Haute assemblée a  donc adopté à son tour par 176 voix contre 161 et 11 abstentions le projet de loi de révision constitutionnelle. Toutefois le texte voté par la Haute Assemblée est sensiblement différent de celui adopté par les députés. Le Sénat à majorité à droite a réservé la déchéance de nationalité aux seuls binationaux, pour éviter des apatrides, là où l'Assemblée l'avait ouverte théoriquement à tous les Français afin de ne pas créer de « discrimination ». Il y aura donc une « navette » entre les deux chambres comme l’a précisé Gérard Larcher au micro de public Sénat. « Nous n’avons jamais eu une attitude de blocage mais au contraire une attitude de construction et d’amélioration du texte dans le respect des engagements du président de la République » a assuré le président du Sénat avant d’évoquer « les fractures internes du groupe socialiste de l’Assemblée nationale » qui « semblerait empêcher la recherche d’une convergence pour trouver une issue à ce projet de révision constitutionnelle ».

Manuel Valls prône « le rassemblement » devant le Sénat
De son côté, Manuel Valls a prôné « le rassemblement » devant les sénateurs. « Je le dis ici en aucun cas comme une menace mais comme une exigence. Les Français exigent de nous le rassemblement. Ils ne comprendraient pas que l’Assemblée nationale et le Sénat, la majorité et l’opposition ne puissent pas se mettre d’accord sur ce qui fonde notre pacte républicain et national. C’est à cette construction commune que je vous appelle ».

Si en effet les chances de réunir les parlementaires en Congrès, nécessaires à la révision constitutionnelle, semblent grandement compromises, Gérard Larcher rappelle « que les tragiques évènements d’aujourd’hui doivent nous ramener à l’essentiel : la sécurité de tous ». Si, selon Gérard Larcher, la révision constitutionnelle a « une valeur de symbole, elle « ne répond pas » à cet objectif. Suite aux tragiques attentats qui ont frappé ce mardi la Belgique, Il a, en ce sens, exprimé « la solidarité du Sénat aux autorités et au peuple belges ».

Le président du Sénat demande donc  à rencontrer François Hollande « en tête à tête ». Ce sera pour lui l’occasion de demander au chef de l’Etat « de prendre la seule solution que le pays attend : lutter contre le terrorisme et retrouver la cohésion de la nation ». « Il lui appartiendra aussi de prendre ses responsabilité sur ce texte (le projet de loi constitutionnelle) et notamment sur l’article 2 dont on peut dire qu’il fracture à la fois la majorité gouvernementale mais aussi l’opposition (…) il appartient au Président de la République de rassembler » a-t-il enfin considéré. François Hollande acceptera-t-il d’amputer l’article 2 de la révision constitutionnelle ?