Back to Top
×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

Révision constitutionnelle : « La représentation nationale n’est pas à la hauteur des événements d’aujourd’hui », estime Gérard Collomb

+A -A
Julie Torterolo
Le 22.03.2016 à 17:49

Le sénateur Gérard Collomb, qui s’est abstenu sur la révision constitutionnelle, critique une « représentation nationale pas à la hauteur des événements d'aujourd'hui ».

« Je me suis abstenu car je trouve que la représentation nationale n’est pas à la hauteur des évènements d’aujourd’hui », commente le sénateur du Rhône, Gérard Collomb, au micro du Public Sénat lors de la sortie du vote solennel de la révision Constitutionnelle.  En adoptant ce mardi après-midi un texte limitant la déchéance de nationalité pour les terroristes binationaux,  le Sénat creuse un fossé profond avec l’Assemblée nationale et rend compliqué un futur congrès à Versailles.

Un manque de consensus que fustige Gérard Collomb : « Etre incapable de se rassembler face à la tragédie que nous avons vécue et qu’on voit encore se dérouler en Belgique […] me semble être une situation totalement impossible et tragique ». Pour le sénateur de Rhône, les attentats survenus ce mardi à Bruxelles prouvent une fois de plus que «  le terrorisme en Europe n’est pas simplement un phénomène ponctuel  ». Il est donc important de trouver «  les moyens d’un grand rassemblement », insiste-t-il.

Le maire de Lyon appelle les politiques français à se « ressaisir » et à dépasser « les notions de gauche et de droite, de politiques politiciennes ». Pour ce faire, le sénateur préconise une réunion entre le président de la République, le président du Sénat et le président de l’Assemblée nationale  afin d’aboutir à « une position unie de l’ensemble du monde politique français de la représentation nationale ». Une question fondamentale pour contrer le terrorisme, insiste Gérard Collomb : «  Si on continue à se disputer entre nous sur des politiques politiciennes face à l’immense menace que représente Daesh, on encourage ceux qui veulent porter le feu et le sang à l’intérieur du continent européen ».