Les sénateurs écologistes fustigent l'attitude des sénateurs PRG

+A -A
AFP
Le 16.10.2012 à 12:10
Le groupe écologiste du Sénat a dénoncé hier l'abstention des sénateurs du RDSE (à majorité radicaux de gauche) à propos d'une proposition de résolution sur les Roms comme « un nouveau coup de canif dans le contrat de la majorité ».

Dans un communiqué intitulé « un maillon manquant dans la majorité » les sénateurs Europe Ecologie-Les Verts soulignent que « cette résolution, essentielle dans la résolution des difficultés que connaissent les Roms aujourd'hui, n'a pu être adoptée en raison de l'absence de soutien des voix du groupe RDSE ».

Les groupes socialiste et communiste ont voté pour cette résolution présentée lundi par les écologistes et qui demandait la levée des mesures transitoires pour les ressortissants roumains et bulgares, tandis que l'UMP et le centre votaient contre. La gauche n'étant majoritaire au Sénat que de 6 voix, il a suffi de l'abstention du RDSE pour faire rejeter le texte.

« Après l'adoption d'un amendement avec la droite mardi dernier pour repousser l'interdiction du Bisphénol A au 1er juillet 2015, ce vote est un nouveau coup de canif dans le contrat de la majorité de la part d'un groupe qui semble davantage préoccupé par le cumul des mandats que par les questions de société », s'insurgent les écologistes.

Le projet de loi sur le logement social de Cécile Duflot a également failli être rejeté mardi dernier par le Sénat, le RDSE menaçant de s'abstenir si une disposition qu'il réprouvait n'était pas retirée. Il aura fallu un engagement du Premier ministre Jean-Marc Ayrault auprès du président de groupe Jacques Mézard sur un retrait prochain de cette disposition pour que le RDSE accepte de voter le texte.

« Cette proposition de résolution a déjà été quasiment exaucée par la circulaire du 26 août et l'arrêté du premier octobre, pourquoi faire plus? Il n'y a pas lieu à polémique », a réagi M. Mézard interrogé par l'AFP.

« Cela n'a rien à voir avec des textes de fond comme le traité budgétaire européen. Quand on parle de solidarité majoritaire, la question du traité européen est beaucoup plus parlante que l'expression d'un groupe sur tel ou ou tel point particulier », a-t-il rétorqué.

Les sénateurs écologistes ont majoritairement rejeté le traité européen, soit en votant contre soit en s'abstenant.