Back to Top
×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

Salade aux pesticides : la FNSEA pointe l’Espagne du doigt...

+A -A
Tâm Tran Huy
Le 22.09.2015 à 19:07

Le président de la FNSEA Xavier Beulin était auditionné au Sénat sur la crise agricole. A cette occasion, il s’est exprimé sur l’étude menée par l’association Générations futures qui montre que 16% des salades contiennent des produits chimiques (pesticides, insecticides, perturbateurs endocriniens) interdits en France.

Un problème qui vient d’Espagne

Pour le patron de la FNSEA, ces salades aux pesticides retrouvées sur les étals français sont importées. Le problème est donc européen. « Il y a deux grands domaines sur lesquels on n’a pas d’harmonisation au plan européen : c’est le domaine social, mais aussi le domaine sanitaire et l’environnement. Là où nos producteurs français ont fait beaucoup d’efforts depuis des années, ils sont sanctionnés par des importations qui sont certes moins chères que ce que nous savons faire ici, mais qui parfois ne respectent pas nos standards et nos cahiers des charges. »

Et de mettre en avant la responsabilité de l’Espagne : « Ce n’est pas un hasard si depuis quelques années maintenant, il y a eu quelques camions vidés notamment à la frontière espagnole, parce qu’on sait les pratiques qui sont faites dans ces pays, on sait aussi les coûts de revient qui sont très inférieurs aux nôtres. » Le trafic de pesticides dans la péninsule ibérique est légion et les sols sont imprégnés par des années d’utilisation sans contrôle.

De meilleurs contrôles

Face à cette situation, le patron des agriculteurs français appelle à de meilleurs contrôles. « Il ne s’agit pas de nous dédouaner de toute responsabilité, mais  (…) faisons en sorte que sur ces produits non transformés qui sont mis à l’étal bruts, on soit exigeant sur ces normes sanitaires. »

Des efforts à faire sur l’étiquetage

Face à une possible suspicion généralisée de la part des consommateurs, Xavier Beulin appelle à une meilleure information du consommateur : « que ce soit sur les viandes, les légumes ou les produits laitiers, nous devons avoir une ambition collective du producteur au distributeur pour étiqueter sur l’origine et informer le consommateur. »

Il appelle également à consommer français : « Soyons ambitieux, soyons patriotes (…) ce serait un moyen de renforcer les producteurs et les filières françaises. » Et d’avertir sur la difficile équation réclamée aux agriculteurs de l’Hexagone : « Nos producteurs, on leur demande toujours plus en matière de règlementation, de normes » mais « [on nous demande] toujours de nous aligner sur les moins-disant en matière de prix… L’équation n’est plus possible. »