×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus

Semaine sous tension au Sénat

+A -A
Nadia Belrhomari
Le 26.10.2012 à 17:01

Publicsenat.fr VOD

© Public Sénat
On rembobine la semaine. Une semaine agitée sur le front parlementaire au Palais du Luxembourg avec l’annulation de la loi sur le logement et le rejet du texte sur la transition énergétique en commission.

Logement social : la loi de tous les cafouillages 

Mercredi, Jean-Marc Ayrault a pris de vitesse les sages du Conseil constitutionnel en annonçant, avant eux, l'annulation de la loi Duflot sur le logement social. L’occasion était trop belle pour l’opposition. A l’instar de François Zocchetto, le président du groupe UDI-UC qui estime que Jean-Marc Ayrault restera « dans les mémoires comme le seul 1er ministre à avoir réussi à bafouer le parlement et le conseil constitutionnel dans la même matinée ».

En cause le non-respect de la procédure législative. Pour Gérard Larcher, sénateur UMP des Yvelines : « depuis l’élection de François Hollande, 100 % des textes sont examinés en procédure accélérée. Pas une loi ordinaire n’a été examinée normalement. Vous contournez les délais pour feindre l’action… ». Un nouveau texte sera présenté le 14 novembre en conseil des ministres

17 octobre 1961 : la fin du déni

Mardi, le sénat a adopté une résolution reconnaissant la répression du 17 Octobre 1961 à l’encontre d’Algériens qui manifestaient à Paris. Une victoire à l’arrachée des communistes qui veulent aller plus loin, avec l’ouverture de toutes les archives sur les guerres coloniales. Pour Pierre Laurent, sénateur communiste, « le vote du parlement va donner une porter solennel à cette situation qui sera toute autre»

Un souhait que l’opposition ne partage pas. Selon elle, si la vérité historique sur cette répression doit être rétablie, sa reconnaissance politique ouvrira la boîte de pandore.  «Je crois que l’oubli est une bonne chose » estime Marcel-Pierre Cléach, sénateur UMP de la Sarthe.

Cette reconnaissance tombe à pic, quelques semaines avant le voyage de François hollande en Algérie.

Tarifs de l'énergie : le texte « irrecevable » au Sénat

Nouveau couac dans la majorité.Mardi, une coalition inédite communistes, droite, centre a fait capoter, en commission, la proposition de loi socialiste sur la transition énergétique. Une fronde qui a provoqué, jeudi, la démission du rapporteur du texte, Roland Courteau et que déplorent les socialistes.  « Je sais que l’hiver arrive et que nombreux auraient été les français à bénéficier de ses dispositions » déclare à la tribune, Didier Guillaume, sénateur socialiste de la Drôme.Du coup, c'est le texte adopté à l'Assemblée qui sera discuté, mardi prochain, au Sénat, où il risque d'être à nouveau rejeté.