Back to Top
×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

Le Sénat ne votera pas le délit d’entrave numérique à l’IVG, annonce Retailleau

+A -A
Public Sénat
Le 01.12.2016 à 09:51

Le président du groupe Les Républicains Bruno Retailleau était ce matin l’invité de Territoires d’Infos sur Public Sénat et Sud Radio.

Alors que la proposition de loi sur le délit d’entrave numérique à l’IVG est examinée aujourd’hui à l’Assemblée nationale, Bruno Retailleau a déjà annoncé que son groupe ne la votera pas au Sénat.

« Vraisemblablement nous la rejetterons au nom de la liberté d’expression, et je crois qu’elle est contraire à l’esprit de la loi Veil qui prévoyait une information, y compris sur les alternatives, donc pour moi c’est un très mauvais texte » a-t-il expliqué.

« Parce qu’il y a des sites qui sont excessifs, outranciers ou mal informés, est ce qu’à ce prétexte-là on doit tout interdire lorsqu’on n’a pas la même pensée sur tel ou tel sujet ? Bien sûr que non » a-t-il ajouté.

La ministre des droits des femmes Laurence Rossignol avait accusé certains lobbies d’influencer la décision des sénateurs de droite. Une accusation « stupide » et « caricaturale » pour Bruno Retailleau, qui appelle à ce que l’on parle des sujets « qui intéressent les Français » comme le chômage et la pauvreté.

 « La gauche n’a plus d’idée, n’a plus de programme, elle n’aura plus bientôt d’électorat, mais elle dispose dans les médias d’un certain nombre de relais qui imposent des sujets qui n’en sont pas ».

Le sénateur LR a également estimé qu’il n’y avait « pas d’incompatibilité » entre François Fillon et François Bayrou, mais qu’il n’y aurait aucun infléchissement effectué dans le programme de François Fillon en contrepartie d’une alliance. Hier soir sur France 2, le président du Modem a de nouveau critiqué le programme du candidat de la droite et du centre, estimant qu’il « prenait aux pauvres pour donner aux riches », et a laissé planer le doute sur une éventuelle candidature à la présidentielle.

« François Fillon l’a dit, on n’est pas sous la IVe République. Il a un projet, il a une ligne, il n’y aura pas dans les arrière-boutiques des petites tambouilles ».