Back to Top
×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

La sénatrice écolo Leila Aïchi rejoint le Modem (et ce n’est pas une surprise)

+A -A
François Vignal
Le 22.09.2016 à 16:45

Le Modem a une nouvelle recrue : la sénatrice du groupe écologique Leila Aïchi. Elle annonce ce jeudi son ralliement au parti de François Bayrou. Ce n’est pas une surprise en réalité. La sénatrice de Paris avait soutenu Valérie Pécresse, candidate LR aux dernières régionales en Ile-de-France. Elle avait été suspendue d’Europe Ecologie-Les Verts, son parti d’origine.

Autre (gros) signe qui laissait présager ce transfert, Leila Aïchi est rattachée politiquement au Centre pour la France depuis cette année, soit depuis décembre 2015, comme on peut le voir sur le site du Sénat. Le Centre pour la France n’est pas un parti défendant la région du même nom, mais une émanation du Modem. Les candidats aux législatives de 2012 soutenus par le Modem avaient concouru sous cette bannière. La sénatrice Modem Jacquelines Gourault, proche de François Bayrou, est aussi rattachée à ce parti.

Leila Aïchi reste au groupe écologiste du Sénat pour le moment

Le rattachement politique n’est pas qu’une question d’affichage. C’est avant tout une question financière. Il détermine le financement des partis par l’Etat en fonction du nombre de parlementaires (l’autre fraction vient des scores obtenus aux législatives). Ce n’est pas rien : environ 40.000 euros par député ou sénateur.

Le rattachement est à différencier du groupe politique. Leila Aïchi reste au groupe écologiste du Sénat. « Il ne m’appartient pas de faire exploser un groupe qui a son sens » a expliqué la sénatrice de Paris à Public Sénat (voir la vidéo). Ils sont tout juste 10, soit le nombre minimum requis. Il ne s’agit que d’un sursis d’un an, car après les sénatoriales de septembre 2017, la disparition du groupe est programmée, comme nous l’a expliqué le sénateur EELV André Gattolin.

« Un parti qui a une logique sociale, libérale, environnementale »

« Je rejoins le Modem car j’y retrouve les valeurs et les sujets auxquels j’apporte de l’importance et notamment l’humanisme que je ne reconnais plus du tout à EELV, et aussi les questions environnementales » explique Leila Aïchi.

« C’est avec grand plaisir que je rejoins le Modem car c’est un parti qui a une logique sociale, libérale, environnementale et qui a surtout mis au cœur de son programme politique l’Europe » insiste la sénatrice, qui souligne qu’elle rejoint aussi « l’homme » François Bayrou, « car c’est un homme anti-clivage. La France a besoin de sérénité ».

Elle suit Bayrou dans son soutien à Juppé

« François Bayrou est un homme qui rassure. Le Modem n’est jamais allé dans des extrémismes ou des positions dangereuses pour notre société » remarque Leila Aïchi. Elle suit le président du Modem jusque dans ses soutiens car la sénatrice « adhère au projet politique et présidentiel de François Bayrou qui est de soutenir Alain Juppé » a-t-elle expliqué à l’AFP.

Reste à voir si son soutien au Modem lui assurera sa réélection lors des sénatoriales de 2017. EELV a pu remporter deux sièges à Paris lors des sénatoriales de 2011, avec Jean Desessard et Leila Aïchi. Or les écologistes ne pourront conserver que deux voire un seul siège dans la capitale. Le Modem, qui avait fait liste commune avec l’UDI et les LR aux régionales, pourrait peut-être lui permettre de rester au Palais du Luxembourg après le prochain renouvellement.