Back to Top
×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

Sivens : Hollande appelle au calme après la mise en cause des écologistes par Cazeneuve

+A -A
Tristan Quinault Maupoil
Le 28.10.2014 à 12:12
Sivens : Hollande appelle au calme après la mise en cause des écologistes par Cazeneuve
Cécile Duflot, députée de Paris, ancienne ministre
© AFP

L’ex-ministre EELV, Cécile Duflot a parlé d’un « scandale absolu » et d’une « tâche indélébile sur l’action de ce gouvernement » après la mort, dimanche, d’un jeune militant écologiste sur le site du barrage contesté de Sivens (Tarn).

Le décès de Rémi Fraisse, 21 ans, sur le site occupé du futur barrage de Sivens tourne à la polémique politique. Les circonstances de la mort de ce jeune militant écologiste ne sont pas encore connues mais les cadres d’EELV et le gouvernement s’affrontent mardi par médias interposés.

Le couple exécutif a été contraint de sortir de sa réserve pour s’interposer. « Quelles que soient les circonstances, quand un jeune disparaît, la première des attitudes, des réactions, c'est celle de la compassion. C'est pourquoi j'ai appelé son père ce matin », a déclaré François Hollande en marge d’une visite à Paris. Le premier ministre, Manuel Valls, a lui préféré dénoncer les « mots excessifs » de certains responsables écologistes qui ne « contribuent pas à l'apaisement ». Ajoutant devant l’Assemblée nationale que « les mises en cause ne sont pas à la hauteur du drame que nous connaissons ».

Plus tôt, l’ancienne ministre Cécile Duflot a dénoncé sur France Info « un scandale absolu ». L’écologiste parlant même d’une « tâche indélébile sur l’action de ce gouvernement ». La députée EELV de Paris regrette que « depuis 48 heures, aucun membre de ce gouvernement, qui avait pourtant, théoriquement, fait de la jeunesse une priorité, ne (se soit) exprimé pour présenter ses condoléances ».

Une déclaration soutenue par l’eurodéputé EELV José Bové sur BFM-TV. L’élu a souligné « la responsabilité » du ministre de l’Intérieur : « Pourquoi mettre des policiers sur ce site alors qu’il n’y a rien à protéger ? C’est une provocation ».

L’intéressé a aussitôt réagi lors d’une déclaration sur le perron de la place Beauvau. « Un certain nombre de propos tenus ce matin m’ont choqué et relèvent d’une instrumentalisation politique sans vergogne d’un drame. Cela n’est pas acceptable et doit être condamné », s’est exclamé Bernard Cazeneuve.


Sivens: Cazeneuve demande aux porteurs de la... par BFMTV

Attitude de Cazeneuve «inadmissible» (EELV)

A l’UMP, l’ex-premier ministre François Fillon s’en est lui aussi pris aux écologistes. « Je mets en cause en particulier les Verts », a-t-il lâché sur Europe 1. « Ceux qui font de la violence politique une arme désormais systématique contre tous les projets d’infrastructures ont aussi leur part de responsabilité dans cette mort », a noté le député de Paris, raillant « des extrémistes politiques ».


François Fillon : "des comportements... par Europe1fr

Des attaques qui ont indigné la secrétaire nationale d’Europe-Ecologie-Les Verts, Emmanuelle Cosse. A l’AFP, celle-ci s’est dite « scandalisée de la mise en cause directe des écologistes ». Visant plus particulièrement Bernard Cazeneuve : « Je trouve inadmissible que le ministre de l’Intérieur nous désigne comme jetant de l’huile sur le feu alors que depuis deux mois nous dénonçons la façon dont les forces de l’ordre agissent sur cette zone (…) Quand on est ministre de l’Intérieur et qu’il y a un mort, on ne fait pas de politique politicienne ».