Back to Top
×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

Six adolescents tués dans un accident de car scolaire

+A -A
Le 11.02.2016 à 10:55

Six adolescents ont été tués jeudi matin dans un accident de car scolaire provoqué par la pièce métallique d'un camion à Rochefort (Charente-Maritime), au lendemain d'un drame similaire qui avait coûté la vie à deux jeunes dans le Doubs.

Le drame est survenu à 07H15 dans une rue de Rochefort longeant les quais du port de commerce, dans le centre de cette commune de 25.000 habitants. La ridelle (châssis qui maintient la charge) d'un camion de 13 tonnes a ouvert au niveau des vitres ce car scolaire, qui venait de l'île d'Oléron et se dirigeait vers Surgères, a-t-on appris de sources concordantes.

Sur les 15 collégiens et lycéens qui se trouvaient à bord du bus, six sont décédés dans l'accident et deux autres blessés, "en urgence relative", et orientés vers les hôpitaux de La Rochelle et Saintes, précise la préfecture de Charente-Maritime dans un communiqué.

Neuf autres personnes ont été prises en charge par les services de secours, ajoute la préfecture, sans donner de précisions sur l'état des chauffeurs des deux véhicules impliqués.

Le bilan ne semble pas susceptible de s'alourdir, a souligné le maire de Rochefort, Hervé Blanché, interrogé par l'AFP.

Les circonstances précises de l'accident seront déterminées par l'enquête sous l'autorité du Parquet mais, d'après les premiers éléments, l'accident semble avoir été provoqué par une ridelle du camion, qui se serait décrochée ou serait restée ouverte par mégarde.

Le camion, qui transportait des gravats, "a perdu son chargement, la ridelle s'est ouverte au passage du bus", éventré du côté gauche à la base des vitres, a expliqué Hervé Blanché.

Selon lui, le temps était modérément pluvieux au moment de l'accident mais la pluie ne semble pas en cause et la rue où l'accident est survenue, qui longe la zone portuaire, ne présente pas de problème de circulation particulier.

"La ridelle était ouverte à peu près à un angle de 90 degrés lorsque la camion a croisé le bus, et est venue le trancher à peu près à hauteur des vitres", a précisé Jérôme Servolle, du syndicat Unsa Police, interrogé sur BFM TV. "Vous imaginez les dégâts, le carnage", a-t-il souligné, indiquant que la sortie des corps était en cours peu avant 10H00.

- Royal et Vallaud-Belkacem sur place -

L'autocar blanc était déchiqueté sur toute sa longueur du côté gauche, juste sous le niveau des vitres dont la plupart ont volé en éclats, ont constaté des correspondants de l'AFP. L'impact le plus important se trouvait à l'arrière gauche du véhicule, sans qu'on sache dans l'immédiat si le camion à l'origine du drame doublait l'autocar ou le croisait de face.

Selon un porte-parole du groupe Keolis (filiale de la SNCF), ce car appartient au réseau départemental Les Mouettes, opéré par une filiale de Keolis Littoral.

"Toute la lumière devra être faite sur les circonstances de ce drame", a insisté le président François Hollande, faisant part de "sa vive émotion" et adressant ses condoléances aux proches des victimes dans un communiqué. Le Premier ministre Manuel Valls a quant à lui exprimé sa "peine et compassion" sur Twitter.

La ministre de l'Ecologie et des Transports, Ségolène Royal, ex-présidente de la Région Poitou-Charentes, et la ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, devaient se rendre à Rochefort dans la journée.

Mercredi matin, deux adolescents de 12 et 15 ans avaient été tués et sept personnes blessées près de Montbenoît (Doubs) dans un autre accident de car scolaire, probablement dû à de mauvaises conditions météorologiques. Le car, qui transportait 32 enfants, avait quitté la chaussée, couverte de deux centimètres de neige et s'était couché sur le flanc, pour une raison encore inconnue.