Solère sur la présidence de l'UMP : « Avant le choix d’un homme, un choix sur les idées »

+A -A
Par Public Sénat
Le 19.06.2012 à 19:57

Publicsenat.fr VOD

© Public Sénat

Le député de droite Thierry Solère était l’invité de l’émission Preuves par 3 sur Public Sénat. Le tombeur de Claude Guéant à Boulogne a expliqué qu’il ne fallait pas comparer, pour des raisons historiques, l’extrême-gauche et l’extrême-droite, avec qui il refuse toute alliance.

Exclu de l’UMP, il a néanmoins intégré le groupe du parti à l’Assemblée Nationale à la « demande de Christian Jacob » mais refuse de préciser quelle personnalité il souhaiterait voir à la tête du parti de droite. « Avant le choix d’un homme, un choix sur les idées », a-t-il prévenu. « On ne doit pas faire la bataille du mois de novembre à l’Assemblée », a-t-il souligné, faisant allusion au congrès pour la présidence de l’UMP qui aura lieu cet automne.

Sur l’échec de la droitisation de l’UMP, il a rappelé qu’il était contre l’alliance avec le FN. « Faire des clins d’œil à l’extrême-droite ne fonctionne pas. »

Il a tenu à balayer les critiques répétées à droite, selon lesquelles, puisque la gauche s’allie à l’extrême-gauche, la droite devrait faire de même avec les partis d’extrême-droite. « Ce n’est pas la même chose. Il y a eu la Guerre (…) l’extrême-gauche était dans la résistance et l’extrême-droite était, à l’époque, dans la collaboration. »

Il a néanmoins affirmé qu’il serrerait la main des élus FN en contestant que « des députés puissent être moins députés que les autres ».