×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

Solère sur la présidence de l'UMP : « Avant le choix d’un homme, un choix sur les idées »

+A -A
Par Public Sénat
Le 19.06.2012 à 19:57

Le député de droite Thierry Solère était l’invité de l’émission Preuves par 3 sur Public Sénat. Le tombeur de Claude Guéant à Boulogne a expliqué qu’il ne fallait pas comparer, pour des raisons historiques, l’extrême-gauche et l’extrême-droite, avec qui il refuse toute alliance.

Exclu de l’UMP, il a néanmoins intégré le groupe du parti à l’Assemblée Nationale à la « demande de Christian Jacob » mais refuse de préciser quelle personnalité il souhaiterait voir à la tête du parti de droite. « Avant le choix d’un homme, un choix sur les idées », a-t-il prévenu. « On ne doit pas faire la bataille du mois de novembre à l’Assemblée », a-t-il souligné, faisant allusion au congrès pour la présidence de l’UMP qui aura lieu cet automne.

Sur l’échec de la droitisation de l’UMP, il a rappelé qu’il était contre l’alliance avec le FN. « Faire des clins d’œil à l’extrême-droite ne fonctionne pas. »

Il a tenu à balayer les critiques répétées à droite, selon lesquelles, puisque la gauche s’allie à l’extrême-gauche, la droite devrait faire de même avec les partis d’extrême-droite. « Ce n’est pas la même chose. Il y a eu la Guerre (…) l’extrême-gauche était dans la résistance et l’extrême-droite était, à l’époque, dans la collaboration. »

Il a néanmoins affirmé qu’il serrerait la main des élus FN en contestant que « des députés puissent être moins députés que les autres ».