Back to Top
×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

Sondage : Juppé plébiscité par les hommes de centre droit et jugé… « sympathique »

+A -A
François Vignal
Le 17.02.2016 à 13:56
Sondage : Juppé plébiscité par les hommes de centre droit et jugé… « sympathique »
© AFP / JEAN-PIERRE MULLER

Public Sénat diffuse ce mercredi à 18h30 le « grand oral » d’Alain Juppé face à des chefs d’entreprises sur son projet économique, organisé par la Fondation Concorde. Selon un sondage réalisé à cette occasion, 52% des personnes estiment qu’il serait un bon Président.

Alain Juppé est le mieux placé, selon les sondages, dans la perspective de la primaire qui doit départager en novembre les candidats de la droite et du centre pour la présidentielle de 2017. Selon un sondage Ifop Fiducial pour la Fondation Concorde, think thank « tournée vers les TPE/PME et la petite industrie » qui se présente comme défendant « la compétitivité des entreprises, la création d’emplois, tout en exigeant un Etat allégé », le maire de Bordeaux bénéficie d’une bonne image dans l’opinion (voir l'ensemble des résultats de ce sondage détaillé ici).

Ce sondage a été réalisé dans le cadre du « grand oral » des principaux candidats à la primaire organisé par le think thank. Alain Juppé est le premier à répondre aux questions de dirigeants d’entreprises, experts et universitaires sur son programme économique. Public Sénat diffuse en exclusivité ce mercredi à 18h30 ce premier « grand oral ».

Selon ce sondage réalisé sur 1.500 personnes, Alain Juppé, s’il remportait la primaire, est considéré comme « un bon candidat pour la droite et le centre » par 63% des sondés. Il serait « un bon président de la République pour 2017 » selon 52% des personnes interrogées.

Plus faible chez les jeunes ou les ouvriers

Dans le détail, Alain Juppé plaît davantage aux hommes qu’aux femmes. 69% des premiers pensent qu’il serait un bon candidat pour la droite et le centre (58% des femmes) et 56% des hommes pensent qu’il serait un bon Président (48% des femmes). Selon l’âge,  46% des moins de 35 ans l’imagine bon chef de l’Etat et 54% des plus de 35 ans (66% chez les plus de 66 ans). Il est plus apprécié chez les CSP+ (61%) que chez les ouvriers (41%).

Alain Juppé est aussi plus fort en zone urbaine et en agglomération parisienne (54% et 56% pensent qu’il ferait un bon Président) que dans les communes rurales (44%).

Le sondage confirme son image qui le place au centre droit de l’échiquier. Selon la proximité politique, c’est chez les personnes se sentant politiquement proche de l’UDI que le candidat à la primaire rassemble le plus d’opinions positives, avec 88% qui l’imagine bon Président. Score élevé aussi chez ceux du modem, avec 85%. Ils sont 69% chez les personnes proches des Républicains, 32% côté FN. A gauche, les sondés proches du PS sont 59% à l’imaginer bon Président, 45% chez Europe Ecologie-Les Verts et même 32% du côté du Front de gauche, selon ce sondage. 42% des sondés le situent à droite, 29% au centre droit et 18 « ni à gauche, ni à droite ».

Seuls 41% des sondés pensent qu’il peut « sortir le pays de la crise »

63% des sondés le trouvent « courageux », 62% trouvent qu’il a de l’autorité, 60% qu’il est « sympathique » (48% estiment que le qualificatif « s’applique assez bien », 12% qu’il « s’applique très bien »), un point à l’encontre de l’image de personne un peu froide et distante qui lui est souvent associée. 57% jugent qu’il est dynamique, 57% qu’il est tolérant, 52% qu’il « tient les engagements qu’il prend ». Il « inspire confiance » à 51% des sondés, 50% estiment qu’il est honnête et 44% qu’« il comprend les problèmes des gens comme vous ».

Point plus négatif, sa capacité à réformer le pays : 47% des sondés pensent qu’il est « capable de réformer le pays », 44% qu’il est « capable de bousculer les conservatismes et les blocages de la société française » et seuls 41% qu’il peut « sortir le pays de la crise ». 51% pensent que l’homme qui a mis des centaines de milliers de personnes dans la rue en 1995 « ne cèdera pas face à la rue en cas de mouvement sociaux ». Plus positif, 55% pensent qu’il a un projet pour la France.

Les sondés pensent qu’il comprend « plutôt bien » les revendications des dirigeants des grandes entreprises à 76%, mais seulement à 34% pour celle des ouvriers, 36% pour les chômeurs et 38% pour les jeunes.

19% des sondés estiment qu’il est prioritaire d’« augmenter la durée du temps de travail en assouplissant le code du travail »

Parmi quelques idées de réformes à mener après la présidentielle soumises aux sondés, 86% des personnes se disent « favorables » à une « politique massive de réindustrialisation du pays » et 53% à une « augmentation de la durée du temps de travail en assouplissant le code du travail » (82% chez les électeurs des Républicains, 41% chez ceux du PS).

S’il s’agit de savoir si ces réformes sont prioritaires, 47% l’estiment pour la réindustrialisation, juste 19% pour l’augmentation du temps de travail et le code du travail. Quand on demande s’il faut mener ces réformes « en premier » après l’élection, 29% des sondés l’affirment pour une politique massive de réindustrialisation. Ils ne sont que 9% à souhaiter d’abord une « augmentation de la durée du temps de travail en assouplissant le code du travail ».