Back to Top
×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

Thierry Solère confirme qu’il pourrait ne pas y avoir de femmes à la primaire

+A -A
Public Sénat
Le 07.03.2016 à 10:49

Invité de l’émission Territoire d’Infos, le député Les Républicains Thierry Solère a rappelé les règles de la future primaire de la droite et du centre. Et à l’entendre, il pourrait ne pas y avoir de femmes candidates.

Par deux fois il a rappelé la règle des parrainages du scrutin qui se déroulera les 20 et 27 novembre prochains : « 250 élus qui parrainent, 20 parlementaires. « Croyez moi c’est très difficile. Et je peux vous dire qu’il n’y aura pas 10 candidats issus des Républicains qui auront ses parrainages là ». Plutôt « 5 ou 6 » prédit le président du comité d’organisation de la droite et du centre.

Si Michèle Alliot-Marie, Nadine Morano ou encore Nathalie Kosciusko-Morizet sont d’éventuelles prétendantes, au vu des conditions de parrainages, il est possible qu’il n’y ait pas de candidates à la primaire. Mais pas question pour autant d’y voir une « une primaire ratée » pour Thierry Solère. « Ce qui serait une primaire ratée, c’est si elle était mal organisée ou que les Français n’y votaient pas. Pas de femmes, ça soulignerait que les quelques femmes qui auraient pu être candidates…. Leur chemin les en a éloigné ». Thierry Solère pense notamment à Christine Lagarde, Valérie Pécresse. « La primaire de la droite et du centre, ce n’est pas fait pour aligner un casting. C’est fait pour mettre sur la ligne de départ des candidates ou des candidats, qui, s’il n’y avait pas cette primaire, pourraient être candidats à l’élection présidentielle directement » a-t-il considéré.

Alors que François Hollande a remis en toute discrétion la légion d’honneur au prince héritier d’Arabie Saoudite Mohammed ben Nayef, Thierry Solère a rappelé que la monarchie du Golfe n’était pas « une démocratie ». « Il y a des exécutions capitales (...). La France devrait être plus ferme, comme les autres grandes démocraties occidentales, à exiger un comportement