×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

Traité européen : Ayrault en appelle à la « responsabilité » du parlement

+A -A
Par Public Sénat
Le 19.09.2012 à 12:22

Procédure exceptionnelle à la sortie du Conseil des ministres, Jean-Marc Ayrault, entouré des poids lourds du gouvernement a donné une conférence de presse. L’occasion de revenir sur le prochain vote au Parlement du traité européen, examiné aujourd’hui par le gouvernement mais qui divise jusqu'au PS.

Le ton était formel et l’heure semblait grave. Accompagné de ses principaux ministres, Jean-Marc Ayrault a tenu à réagir aux inquiétudes de sa propre majorité sur le traité européen qui doit passer devant le Parlement à partir du 2 octobre prochain. « Le message est très clair », a insisté le Premier ministre. « Le Parlement doit prendre ses responsabilités (…) et défendre le intérêts de la France. » Jean-Marc Ayrault réclame un vote « massif » qui donnera « plus de poids au président (…) Plus le vote sera fort, plus la voix de la France sera forte. »

Car ce qui inquiète certains parlementaires de gauche, c’est la règle du déficit structurel que certains assimilent à une règle d’or. « La France s’est engagée dans la maîtrise des comptes publics », a insisté le Premier ministre, soulignant qu’il s’agissait d’une « promesse » du candidat Hollande. « Ce n’est pas le traité qui nous l’impose. » Et le ministre de l’Economie Pierre Moscovici de renchérir : « On n’est pas en train de mettre en place je ne sais quelle règle gravée dans le marbre, je ne sais quel carcan. » Jean-Marc Ayrault a néanmoins reconnu qu’il y avait encore « des hésitants » parmi les alliés de gauche. « Il est parfaitement légitime qu’il y ait débat. »

Ce traité est « extrêmement important pour l’avenir de la construction européenne » a martelé le Premier ministre. « Les lignes ont bougé en Europe et un nouveau climat existe (…) La France fera des propositions pour que nous puissions franchir de  nouvelles étapes » notamment « sur la transition énergétique », a t-il affirmé.