Back to Top
×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

« Trop, c'est trop! »: la charge au canon d'Aubry et Cohn-Bendit contre le gouvernement

+A -A
Le 24.02.2016 à 12:26
« Trop, c'est trop! »: la charge au canon d'Aubry et Cohn-Bendit contre le gouvernement
© AFP

« Trop, c'est trop! »: Martine Aubry, Daniel Cohn-Bendit et plusieurs personnalités de gauche s'emportent contre la politique menée par le tandem Hollande-Valls, qui ferait courir le risque d'un « affaiblissement durable de la France », dans une tribune publiée mercredi dans Le Monde.

L'opposition entre Martine Aubry et le tandem exécutif Hollande-Valls est de notoriété publique. Mais jamais la charge n'avait été aussi violente.

« Ce n'est plus simplement l'échec du quinquennat qui se profile, mais un affaiblissement durable de la France qui se prépare, et bien évidemment de la gauche, s'il n'est pas mis un coup d'arrêt à la chute dans laquelle nous sommes entraînés », écrivent les auteurs de cette tribune, dont la maire (PS) de Lille.

« Il faut éviter les postures », a immédiatement réagi le ministre des Finances, Michel Sapin, lors de l'émission "Questions d'Info LCP-Le Monde-France Info-AFP".

« Trop, c'est trop », résument les 18 signataires dont l'écologiste Daniel Cohn-Bendit, les députés PS « frondeurs » Christian Paul, Benoît Hamon et l'adjoint (PS) d'Anne Hidalgo à la mairie de Paris, Bruno Julliard.

A quatorze mois de l'élection présidentielle, et alors que François Hollande, actuellement en Amérique du Sud, fait planer le doute sur sa candidature, les auteurs énumèrent les griefs à l'encontre de l'exécutif.

Le pacte de responsabilité? « 41 milliards d'euros mobilisés pour rien » au bénéfice des entreprises. Le « désolant débat sur la déchéance de nationalité »? Le gouvernement devrait y renoncer au profit d'une peine d'indignité nationale.

Mais la principale critique porte sur le projet de loi sur le Travail de Myriam El Khomri.

Ce texte, examiné en Conseil des ministres le 9 mars, a d'ores et déjà mis le feu aux poudres à gauche et parmi les syndicats, avec l'hypothèse de l'article 49-3 évoquée la semaine dernière par la ministre du Travail.

« C'est toute la construction des relations sociales de notre pays qui est mise à bas en renversant la hiérarchie des normes et en privilégiant l'accord dans l'entreprise dans un pays où le taux de syndicalisation est faible et où le patronat n'a jamais aimé la négociation », dénoncent les signataires de la tribune. « A qui fera-t-on croire qu'en multipliant les facilités de licenciements (...) on favorisera ainsi l'emploi ? », poursuivent-ils.

- « L'indécent discours de Munich » -

Auparavant, sur iTÉLÉ, Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement, avait dénoncé « un nombre incroyable de contre-vérités, de mensonges et de polémiques » autour de ce projet de loi, et dénoncé « une tendance parfois suicidaire dans une certaine gauche ».

Autre sujet de discorde: « la meurtrissure de l'indécent discours de Munich » de Manuel Valls. Le Premier ministre avait indiqué ne pas être favorable à la mise en œuvre d'un mécanisme permanent de répartition des réfugiés dans l'Union européenne comme le propose la chancelière allemande Angela Merkel, dont il avait plus généralement, et depuis l'Allemagne, critiqué la politique migratoire.

« Non, Angela Merkel n'est pas naïve, Monsieur le Premier ministre. Non elle n'a pas commis une erreur historique. Non, elle n'a pas mis en danger l'Europe, elle l'a sauvée. Elle l'a sauvée du déshonneur qui aurait consisté à fermer totalement nos portes » aux réfugiés, estiment les signataires.

La droite se glose d'ores et déjà de ce nouvel épisode de la guerre des gauches. « Aubry exécute la politique de Hollande et Valls qui abîme la France... qui va encore 14 mois supporter le spectacle de cette gauche explosée? », écrit le sénateur LR Roger Karoutchi sur Twitter, tandis que le député LR Guillaume Larrivée a ironisé sur le « syndrome Hibernatus »: un front d'opposition à cette loi El Khomri « qui va de la CGT jusqu'à Florian Philippot ».