Back to Top
×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

UE : Retailleau plaide pour une suspension des négociations avec la Turquie

+A -A
Tristan Quinault Maupoil
Le 17.10.2014 à 11:48

Interrogé jeudi par Public Sénat, le président du groupe UMP a estimé que la passivité de la Turquie vis-à-vis de l’Etat islamique ne lui permet plus de revendiquer son adhésion à l’Union européenne.

Pointée du doigt par la communauté internationale pour sa passivité face à la progression de l’Etat islamique à ses portes, la Turquie ne devrait toutefois par voir interrompre ses négociations avec l’Union européenne. Bruno Retailleau s’en est offusqué jeudi sur Public Sénat : « Je pense que le gouvernement doit lever une ambiguité qui est terrible avec la Turquie : le possible entrée en Europe. »

 Toujours candidat à l’intégration dans l’UE, le pays de Recep Tayyip Erdogan poursuit ses discussions avec Bruxelles, comme l’a indiqué le président du groupe UMP au Sénat. « Je vous pose une seule question monsieur le premier ministre. Est-ce bien raisonnable d’envisager l’entrée de la Turquie dans l’Europe ? », s’est-il interrogé jeudi lors des Questions au gouvernement. Le sénateur UMP a rappelé que « Angela Merkel et Nicolas Sarkozy avaient bloqué le processus » tandis qu’il « y a un an vous avez ouvert aux discussions un chapitre (des négociations) ».

« La Turquie est engagée dans un processus de négociation avec l’Union européenne. Ce processus n’est pas lié à la situation en Syrie et en Irak », a répondu le Premier ministre. Ajoutant : « C’est un processus de long terme qui répond à l’intérêt commun de l’Union européenne et de la Turquie. Les négociations entre l’Union européenne et la Turquie doivent se poursuivre ». L’hôte de Matignon a souligné que « le peuple français, sera, le cas échéant appelé à se prononcer sur cette adhésion ainsi que le prévoit notre Constitution ».

"Respect des droits de l'Homme avant la solidarité religieuse"

Invité de «On refait la séance » sur Public Sénat, le sénateur UMP Gérard Longuet s’est déclaré « Totalement d’accord » avec Bruno Retailleau. Pour l’ancien ministre de la Défense, la Turquie « est un très grand pays mais si elle veut rentrer dans l’UE, elle doit partager nos valeurs. Manifestement dans son attitude à l’égard de la tragédie syrienne, la solidarité religieuse l’emporte sur le respect des droits de l’Homme. Et l’Europe c’est d’abord le respect des droits de l’Homme avant la solidarité religieuse ». Pour l’élu de la Meuse, Manuel Valls « sera obligé » de l’admettre « car les Français ne comprennent pas comment la puissante armée turque soit totalement indifférente à un massacre programmé ».