×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus

Vidalies fâche les écologistes et Baylet

+A -A
François Vignal
Le 21.06.2012 à 12:12
Vidalies fâche les écologistes et Baylet
Alain Vidalies
© AFP

Le ministre des Relations avec le Parlement, Alain Vidalies, a donné hier sa vision de l’accord entre le PS et Europe Ecologie-Les Verts. Ce qui a déplu à certains. « On attend quoi d'un groupe Vert aujourd'hui ? La solidarité, le respect des engagements qui ont été les engagements communs, et évidemment, puisqu'on a des différences, la possibilité pour eux d'exprimer ces différences », a expliqué le ministre, interrogé sur Questions d'Info (LCP/Le Monde/AFP/France Info. Avant d’ajouter : « Mais la distinction majeure, c'est la liberté d'expression, mais pas la liberté de vote! »

Des propos qui ne passent pas chez les alliés du PS. A commencer par les écologistes. Sur Twitter, le président du groupe écologiste du Sénat, Jean-Vincent Placé, a qualifié « d’idiots » les mots du ministre. Dominique Voynet en rajoute une couche : « Hallucinant ET idiot ».

Dans un deuxième tweet, Placé ajoute que « le parlement n’a pas besoin de garde-chiourme »…

Autre mécontent : le sénateur et président du Parti radical de gauche, Jean-Michel Baylet. Dans un communiqué, il s’est « choqué » et se demande si Vidalies est devenu « commissaire politique ». « Il n’appartient pas au ministre des relations avec le Parlement de dicter les votes des groupes politiques. En tout état de cause, que ce soit à l’Assemblée nationale ou au Sénat, les Radicaux de gauche, partenaires loyaux et fidèles de la majorité présidentielle, se réservent le droit de voter comme ils l’entendent selon leurs convictions ». A bon entendeur… Les projections de siège pour les législatives avaient peut-être noyé un peu vite les alliés du PRG dans le total des députés PS. Les radicaux auront à cœur de faire entendre leur voix sur certains textes, comme le cumul des mandats… Rappelons qu’au Sénat la majorité ne tient qu’à un fil.