×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus

VIDEO. Ce que disaient Mennucci et Gaudin de Samia Ghali en 2008

+A -A
François Vignal
Le 17.10.2013 à 12:07
© Caroline Deschamps et Flora Sauvage
« Sa qualité principale, c’est l’opiniâtreté et la lucidité », disait Patrick Mennucci de Samia Ghali dans un portrait consacré à la sénatrice par Public Sénat. Son principal défaut ? « Elle n’est jamais d’accord avec moi ! » Instructif, avant le dernier débat sur notre chaîne ce jeudi entre les deux socialistes.

Le député Patrick Mennucci et la sénatrice Samia Ghali s’affrontent ce jeudi sur Public Sénat (en direct à 15 heures sur publicsenat.fr et à 18 heures sur Public Sénat) pour le débat final de la primaire PS à Marseille, en vue des municipales. Ces deux figures marseillaises se connaissent depuis longtemps. Public Sénat avait consacré en décembre 2008 un portrait de celle arrivée en tête au premier tour de la primaire dimanche dernier. Samia Ghali vient d’être élue jeune sénatrice des Bouches-du-Rhône. Son franc parlé tranche alors au Palais du Luxembourg.

« Moi je me suis faite toute seule. Je me suis faite mon nom toute seule. Je ne sors pas d’une corporation, quelle qu’elle soit, ni maçonnique, ni claniste, ni politique » lance fièrement dans ce portrait Samia Ghali. Elle a pourtant bénéficié du soutien du président du conseil général des Bouches-du-Rhône, Jean-Noël Guérini, qui allait se retrouver mis en examen dans une affaire politico-financière en 2011. Un soutien qui s’exprime encore discrètement durant cette primaire.

« Une adversaire redoutable », selon Gaudin

Ses premières années de militantisme, Samia Ghali les passent près de… Patrick Mennucci, devenu aujourd’hui son concurrent de la primaire. « Samia Ghali a été parmi les cinq personnes qui ont reconstruit le PS dans les quartiers nord autour de moi. Sa qualité principale, c’est l’opiniâtreté et la lucidité. Elle est lucide sur la politique », disait d’elle Patrick Mennucci en 2008. « L’avantage qu’elle a je crois de son parcours politique de militante – elle a collé les affiches, distribué les tracts, tenu les bureaux de vote, préparé les sandwichs, elle a fait ce que font les militants – elle a toujours cette distance entre le pouvoir et le parti » jugeait l’élu marseillais. Et son principal défaut ? « Elle m’embête en réunion de groupe. Elle n’est jamais d’accord avec moi, mais bon c’est normal ! » rigolait Patrick Mennucci. Pas sûr qu’il en rigole autant aujourd’hui.

Quant au sénateur-maire UMP de Marseille, Jean-Claude Gaudin, qui ne verrait pas d’un mauvais œil une victoire de la sénatrice des quartiers nord à la primaire, il voyait à l’époque en Samia Ghali « une adversaire redoutable ». A bon entendeur…