Avec la mort de Jean-Pierre Elkabbach, Public Sénat perd son fondateur et premier président

Le journaliste politique, mort mardi soir à 86 ans, a participé à la création de Public Sénat au début des années 2000. Il y a trois ans, sur notre antenne, il avait longuement évoqué cette aventure, alors inédite dans le paysage audiovisuel français.
Public Sénat

Temps de lecture :

6 min

Publié le

Mis à jour le

Les équipes de Public Sénat se sont réveillées un peu orphelines ce mercredi matin après la disparition de Jean-Pierre Elkabbach. Figure incontournable du journalisme politique depuis les années 1960, le célèbre interviewer, réputé pour son style direct et pugnace, a également été le fondateur de Public Sénat, qu’il a présidé pendant trois mandats, de 2000 à 2009. Invité en 2020 d’« Allons + loin », il était longuement revenu sur la création et les débuts de la chaîne, vingt ans après son lancement.

À l’origine de Public Sénat et de LCP, son pendant pour l’Assemblée nationale, une loi, celle du 30 décembre 1999, qui prévoit la création d’un média dédié à l’exposition des travaux parlementaires. L’adoption de ce texte est le fruit d’un long travail d’évangélisation de la part des deux présidents de chambre de l’époque, Christian Poncelet au Sénat, et Laurent Fabius à l’Assemblée nationale, mais aussi du rapporteur Jacques Valade. Ironie du sort, l’ancien sénateur de Gironde est également décédé ce mardi, à 93 ans.

Un vent nouveau

De nombreux élus se montrent alors réticents à l’idée de se retrouver sous les feux des projecteurs, notamment du côté de la Chambre Haute, qui a pris l’habitude de travailler dans l’ombre médiatique de l’Assemblée nationale, à laquelle la Constitution accorde un rôle prédominant. « Les sénateurs ont vu que l’on parlait d’eux. Quand ils rentraient dans leurs circonscriptions, on leur disait : ‘Ah ! On vous a vu à la télé. Et comme ils n’étaient invités nulle part ailleurs, ils ont compris l’importance de la chaîne », rapportait Jean-Pierre Elkabbach.

« La création de Public Sénat était un peu l’achèvement d’une modernisation que René Monory avait engagé, poursuivie par Christian Poncelet, celle d’un Sénat encore plus ouvert sur la société et le monde », expliquait Gérard Larcher quelques années plus tôt également sur notre antenne, cette fois pour les 15 ans de la chaîne. « Le Sénat d’Alain Poher était un Sénat qui représentait fondamentalement les territoires, mais qui avait vécu la crise de 1969 et l’alternance de 1981 ». Bref, « un Sénat politique » et, par essence, plus secret. La naissance de Public Sénat ouvre un nouveau chapitre pour la Chambre Haute.

Le premier défi de la chaîne a été celui de l’indépendance. Vis-à-vis des élus d’une part, et vis-à-vis de l’Assemblée nationale d’autre part, dans la mesure où les deux chambres doivent se partager à parité le même canal de diffusion. « Si pendant dix ans les présidents successifs des assemblées ont voulu créer une chaîne parlementaire sans y parvenir, c’est parce qu’il fallait trouver des créneaux de partage qui soient justes pour l’un et pour l’autre. Or l’Assemblée, parce qu’elle a le dernier mot dans les institutions de la Cinquième République, voulait avoir l’avantage », expliquait Jean-Pierre Elkabbach.

Public Sénat voit le jour le 25 avril 2000. Cinq ans plus tard, la chaîne arrive sur la TNT (canal 13). Elle est, depuis 2008, accessible 24/24 sur Internet. « Pourquoi le nom Public Sénat ? Nous l’avons fait en concertation avec les sénateurs. Parce que le Sénat est l’actionnaire, nous sommes responsables devant le bureau de la gestion budgétaire, et d’un autre côté je voulais montrer que c’est une chaîne qui allait s’adresser à tous les publics, à tous les Français. »

Ouvrir les portes et les fenêtres

L’un des premiers temps forts de Public Sénat intervient en 2003, avec la mise en place de la commission Stasi, du nom de son président, le Médiateur de la République Bernard Stasi, chargé par Jacques Chirac d’une large réflexion sur l’application du principe de laïcité. La commission s’installe au Palais du Luxembourg. Jean-Pierre Elkabbach a alors l’idée de faire rentrer les caméras de la chaîne jusque dans les salles d’audition pour suivre au plus près, jour après jours, le travail de ses membres.

« Je suis allé voir Bernard Stasi et je lui ai dit que la chaîne parlementaire pouvait lui ouvrir ses antennes pour diffuser les travaux de la commission. Il m’a dit oui, mais TF1 et France 2 voulaient déjà les diffuser. Au dernier moment, les autres chaînes – je ne vais pas dire qu’elles se sont dégonflées – ne pouvaient plus. Christian Poncelet a alors accepté que l’on équipe les salles de caméras et nous avons pu retranscrire les travaux de la commission. » En tout : 65 heures de programmes qui connaissent un fort retentissement médiatique, notamment avec les auditions des représentants du monde médical.

En 2006, Public Sénat devient la première chaîne, en collaboration avec LCP, à diffuser le débat des candidats d’une primaire, en l’occurrence celle du Parti socialiste. Ségolène Royal, Laurent Fabius et Dominique Strauss-Kahn passent en direct sur le gril des questions d’Emilie Aubry et d’Emmanuel Kessler. « C’était un évènement. Même le New York Times, en Une, a diffusé des photos de Public Sénat », rapportait Jean-Pierre Elkabbach. Pour les présidentielles suivantes, l’exercice sera très largement repris et copié par les chaînes généralistes et les chaînes d’information en continu.

« Bibliothèque Médicis »

Si Jean-Pierre Elkabbach ferraille chaque matin sur Europe 1 pour son interview de 8 h 15 avec invité politique, sur l’antenne de Public Sénat, le journaliste choisit de prendre de la hauteur. Son émission littéraire, « Bibliothèque Médicis », est devenue l’un des programmes culte de la chaîne. Une lumière tamisée, un coin de table entre les impressionnants rayonnages de la bibliothèque du Sénat… et des entretiens sur le ton de la confidence avec des écrivains, des philosophes, des politiciens, parfois d’anciens hommes d’Etat. Pendant plus de quinze ans, défileront face au journaliste des profils aussi variés que Simone Veil, Françoise Giroud, Patrick Modiano, Patrick Boucheron, Michel Winock, Marcel Conche, Lucien Neuwirth, Robert Badinter, Nicolas Sarkozy, Bernard-Henri Lévy, mais aussi Madeleine Albright ou encore Kofi Annan. « Cette émission, on m’en parle encore aujourd’hui […] Je suis heureux et flatté de voir que les plus grands historiens français sont passés dans Bibliothèque Médicis », se félicitait encore l’animateur en 2020.

Dans la même thématique

Avec la mort de Jean-Pierre Elkabbach, Public Sénat perd son fondateur et premier président
4min

Culture

Nicoletta : « Je ne ferai pas d’adieux, je partirai sur la pointe des pieds »

Après 50 ans de carrière, Nicoletta n’a jamais imaginé faire ses adieux à la scène. Celle qui a côtoyé les plus grands, Ray Charles comme Johnny Hallyday, n’envisage pas de raccrocher. Lucide sur le caractère éphémère des chansons, elle assure sans amertume qu’un jour « on l’oubliera ». Cette semaine Rebecca Fitoussi reçoit Nicoletta dans « Un monde un regard ».

Le

Avec la mort de Jean-Pierre Elkabbach, Public Sénat perd son fondateur et premier président
3min

Culture

Ibrahim Maalouf revendique « son amour pur de la France » dans une époque marquée par la « haine et le racisme »

Il y a 40 ans, la famille d’Ibrahim Maalouf fuyait le Liban dévasté par la guerre. Il se souvient de l’accueil généreux des familles françaises. Au moment où l’extrême droite est aux portes du pouvoir, il s’interroge sur cette inversion des valeurs dans le pays qui lui a permis de devenir le trompettiste de renommée internationale que nous connaissons tous. Cette semaine, Rebecca Fitoussi reçoit Ibrahim Maalouf au Dôme Tournon du Sénat dans « Un monde un regard ».

Le

DDAY
4min

Culture

80 ans du Débarquement : « Le contraste est extraordinaire, entre ce qu'il se prépare en France et la façon dont cela est vécu aux Etats-Unis »

Du 5 au 7 juin, Emmanuel Macron a prévu une « pérégrination mémorielle » de trois jours pour commémorer le 80e anniversaire du débarquement allié en Normandie. A cette occasion, plusieurs cérémonies sont prévues et de nombreux chefs d’Etat attendus. En pleine campagne présidentielle américaine, Joe Biden doit prononcer un discours avant d’enchaîner par sa première visite d’Etat en France. L’historien André Kaspi, spécialiste des Etats-Unis, analyse les enjeux d’une semaine vécue très différemment des deux côtés de l’Atlantique.

Le