Fusion de l’audiovisuel public : « On ne va uniformiser, ni les métiers, ni les activités », répond Rachida Dati

À la veille d’une grève à Radio France et France Télévisions, la ministre de la Culture a été interpellée au Sénat sur la réforme de l’audiovisuel par la socialiste Sylvie Robert. La sénatrice l’a accusé de « passer en force ». Rachida Dati a rétorqué que le secteur était « très dispersé » face à des groupes privés « qui s’organisent ».
Guillaume Jacquot

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

« BBC à la française, quel beau slogan malheureusement vide de sens. » La sénatrice (PS) Sylvie Robert a interrogé ce 22 mai la ministre de la Culture sur sa volonté d’aboutir à une fusion des différentes sociétés de l’audiovisuel public, à l’occasion des questions d’actualité au Sénat. Le projet inquiète fortement les salariés. En désaccord total avec le projet de fusion proposé pour le 1er janvier 2026, les syndicats des deux principales sociétés, Radio France et France Télévisions, ont appelé à la grève en fin de semaine, au moment où la réforme sera examinée à l’Assemblée nationale.

« Si vous voulez réellement protéger l’audiovisuel public, comme vous le dites, ne passez pas en force. Reconnaissez que votre projet n’est pas mûr », a invité la sénatrice d’Ille-et-Vilaine, vice-présidente de la commission de la culture. La socialiste a épinglé la « cacophonie » au sein de l’exécutif et de la majorité présidentielle, concernant le sort de l’audiovisuel extérieur (France Médias Monde) ou encore le volume de la publicité sur les ondes du service public.

Alors que nombre de ses prédécesseurs se sont prononcés contre l’idée d’une fusion de l’audiovisuel public, Rachida Dati a affirmé que la réforme n’était « pas tombée du ciel ». « Cela fait plus de 10 ans qu’elle est connue. Vous-même vous en avez débattu ici […] Les enjeux ont été identifiés », a rappelé la ministre de la Culture. Le gouvernement s’est en effet appuyé sur la proposition de loi de la majorité sénatoriale de droite et du centre, portée par Laurent Lafon (Union centriste), adoptée l’an dernier au Sénat.

« Une réforme ambitieuse, très attendue par les Français eux-mêmes »

Une explication surprenante pour Sylvie Robert, qui s’est empressée de rappeler, dans sa réplique, que le texte prévoyait la création d’une « holding », une société commune aux différentes maisons de l’audiovisuel, « et non la fusion ».

« Aujourd’hui, certains ont le sentiment qu’on va revenir à l’ORTF. Est-ce que nous sommes dans le même contexte ? Pas du tout », a rétorqué la ministre de la Culture. L’ancienne élue LR, qui a rendu hommage au rapport des sénateurs de droite Roger Karoutchi et Jean-Raymond Hugonet, a souligné qu’il existait actuellement 26 chaînes privées et que des groupes privés étaient en train de structurer et de « rassembler leurs forces, face à un audiovisuel public dont les forces sont très dispersées ». Rachida Dati a, en outre, insisté sur le vieillissement de l’audience des télévisions et radios publiques. « Ça nécessite de revoir l’audiovisuel public […] Évidemment, on ne va uniformiser ni les métiers ni les activités […] C’est une réforme ambitieuse, très attendue par les Français eux-mêmes », a-telle précisé.

La réforme paraît d’autant « précipitée » que la question de son financement n’a pas été « clarifiée », selon Sylvie Robert. Or, ce point aurait dû être un « préalable indispensable », a-t-elle fait savoir. Rachida Dati a confirmé la piste d’un prélèvement sur recettes, un système qui fait débat au sein de la commission de la culture au Sénat. « Ce sera un mode de financement totalement inédit », a-t-elle déclaré.

Ses réponses n’ont dissipé aucune des craintes exprimées par la sénatrice. « L’audiovisuel public va bien, il est plébiscité par ses auteurs et ses auditeurs, pourquoi le fragiliser, le déstabiliser ? »

Dans la même thématique

DDAY
4min

Culture

80 ans du Débarquement : « Le contraste est extraordinaire, entre ce qu'il se prépare en France et la façon dont cela est vécu aux Etats-Unis »

Du 5 au 7 juin, Emmanuel Macron a prévu une « pérégrination mémorielle » de trois jours pour commémorer le 80e anniversaire du débarquement allié en Normandie. A cette occasion, plusieurs cérémonies sont prévues et de nombreux chefs d’Etat attendus. En pleine campagne présidentielle américaine, Joe Biden doit prononcer un discours avant d’enchaîner par sa première visite d’Etat en France. L’historien André Kaspi, spécialiste des Etats-Unis, analyse les enjeux d’une semaine vécue très différemment des deux côtés de l’Atlantique.

Le

Fusion de l’audiovisuel public : « On ne va uniformiser, ni les métiers, ni les activités », répond Rachida Dati
3min

Culture

Macha Méril : les actrices de ma génération auraient pu « déclencher le mouvement Metoo beaucoup plus tôt »

Découverte par le grand public dans les films de Jean-Luc Godard, elle est une véritable icône de la Nouvelle Vague. Dans la vie comme à l’écran, elle incarne une femme libre et indépendante. Alors que les révélations de violences sexistes et sexuelles agitent la sphère du cinéma, quel regard porte-t-elle sur la libération de la parole des femmes ? Cette dernière aurait-elle pu et dû avoir lieu à son époque ? Cette semaine, Rebecca Fitoussi recevait Macha Méril au Dôme Tournon du Sénat dans « Un monde un regard ».

Le

Fusion de l’audiovisuel public : « On ne va uniformiser, ni les métiers, ni les activités », répond Rachida Dati
3min

Culture

Alexis Michalik : « Je suis de gauche depuis toujours », assume le metteur en scène et dramaturge  

Metteur en scène, acteur, scénariste… Il se définit lui-même comme un « raconteur d’histoires ». Rythmées, engagées et percutantes, ses pièces s’adressent à tous les publics, familiers ou non avec l’art dramatique. Comment conçoit-il son engagement en tant qu’artiste ? Comment en est-il venu à faire de l’immigration le thème de sa dernière pièce « Passeport » ? Cette semaine, Rebecca Fitoussi reçoit Alexis Michalik dans « Un monde un regard ».

Le

Siege de Radio France
4min

Culture

Audiovisuel public : le déplafonnement de la publicité, une « ligne rouge » pour le Sénat

L’examen de la réforme de l’audiovisuel public débute à l’Assemblée nationale. La commission des affaires culturelles a voté pour le déplafonnement des recettes publicitaires dans le secteur. L’amendement déposé par le gouvernement suscite la colère des acteurs, privés comme publics, mais est aussi désapprouvé par la droite sénatoriale qui fait de cette proposition une « ligne rouge ».

Le