Harcèlement scolaire, Renaud Capuçon se confie : « ce sont des humiliations que je n’ai pas oubliées »

Pour beaucoup, il est l’un des plus grands de sa génération, un violoniste hors-pair qui souhaite à son tour transmettre sa passion à la jeune génération. Un parcours de formation exigeant et émaillé de souvenirs déplaisants comme ces moqueries répétées qu’il qualifie lui-même aujourd’hui de harcèlement. Cette semaine, Rebecca Fitoussi reçoit Renaud Capuçon dans l’émission d’entretien Un monde, un regard.
Axel Dubois

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

« Enfant, je voulais être skieur l’hiver et violoniste l’été » se souvient-il amusé. Un rêve d’enfant qui en fera rire plus d’un aujourd’hui. Mais très vite, c’est la passion pour le violon qui reprend le dessus chez Renaud Capuçon. « J’ai la chance d’avoir toujours eu envie de jouer. Je crois que c’est la clef. » poursuit-il.

Un travail acharné et une oreille absolue, qui très vite lui permettent de se démarquer du lot : « Ce que j’avais de différent, c’était la capacité de focus, qui m’a permis d’aller plus vite ». A 14 ans, il intègre le Conservatoire national de Paris. Une expérience dont il ne garde pas que de bons souvenirs…

 

Les mauvais souvenirs du Conservatoire

« Au Conservatoire, j’avais 14 ans, la plupart en avait 18 ou 19. C’est facile de se moquer d’un gamin de 14-15 ans » confie-t-il, « si je me refais le film je revois une ou deux situations de harcèlement, de moqueries faciles ». Très vite, la virtuosité du jeune talent semble attiser la jalousie de ses camarades plus âgés.

« Des humiliations que je n’ai pas oubliées » insiste-t-il, bien qu’il ait fait la paix avec cette partie de sa vie. Aujourd’hui, il se réjouit de la libération de la parole des victimes de harcèlement : « Je pense que c’est très important que les choses soient dites, à une époque où on peut davantage dire les choses et voir les choses avec plus de distance. ».

 

Une passion familiale

Ces mauvais souvenirs n’ont jamais entamé un amour de la musique né dès l’enfance : « Nos parents ont eu cette envie de nous faire découvrir la musique. Ils découvrent le Grand Echiquier de Jacques Chancel et nous emmènent à des concerts. Immédiatement, je tombe dans la marmite ».

Et ce n’est pas le seul. Son frère, Gauthier Capuçon, se passionne pour le violoncelle, et devient l’un des joueurs les plus talentueux de sa génération : « Gauthier et moi, on a beaucoup joué ensemble. On a arrêté d’un coup, les gens pensaient qu’on se faisait la gueule. On ne voulait juste ne pas être assimilés au fait d’être frères. ».
Des carrières menées en solitaires, mais avec toujours le plaisir de se retrouver : « C’est quand même une des choses les plus géniales de la vie de jouer avec son frère ! ». L’appel est lancé ?

 

Retrouvez l’intégralité de l’émission ici.

Dans la même thématique

Harcèlement scolaire, Renaud Capuçon se confie : « ce sont des humiliations que je n’ai pas oubliées »
3min

Culture

Visite de Charles III à Versailles : « Madame Macron voulait un dessert autour de l’Ispahan

L’ispahan, la tarte infiniment vanille, le carrément chocolat ou encore le macaron mogador… ces noms évoquent pour beaucoup des moments de douceurs et d’évasion. Des pâtisseries nées de l’imagination, la gourmandise, et du savoir-faire d’un génie de la pâtisserie passé par les plus grandes maisons – Lenôtre, Fauchon, La Durée – il a véritablement révolutionné le milieu, jusqu’à devenir l’un des plus grands chefs de sa génération. Cette semaine Rebecca Fitoussi reçoit Pierre Hermé, dans l’émission d’entretien Un monde, un regard.

Le

Harcèlement scolaire, Renaud Capuçon se confie : « ce sont des humiliations que je n’ai pas oubliées »
2min

Culture

Frank Leboeuf, « le football d’aujourd’hui m’intéresse de moins en moins »

Ancien footballeur, commentateur sportif, on le connait surtout pour son poste de défenseur central dans l’Equipe de France lors de la Coupe du monde de football de 1998. Désormais comédien et acteur, il revient sur sa carrière sportive et nous livre son regard sur le football d’aujourd’hui. Cette semaine Rebecca Fitoussi reçoit Frank Leboeuf dans l’émission d’entretien Un monde, un regard.

Le

Chaine d info
6min

Culture

Respect du pluralisme sur CNews : en quoi la décision du Conseil d’Etat est « historique » 

Saisi par l’ONG Reporters sans frontières, le Conseil d’Etat a donné 6 mois à l’Arcom pour renforcer son contrôle en matière de respect du « pluralisme et d’indépendance de l’information » par la chaîne CNews. Jusqu’ici, l’Arcom limitait son contrôle en comptabilisant uniquement le temps de parole des personnalités politiques. Il devra désormais tenir compte « des interventions de l’ensemble des participants » des chaînes de la TNT.

Le