PARIS: “La Grande Librairie” sur France 5

Mort à 89 ans de Bernard Pivot, le père d’« Apostrophes »

Le journaliste littéraire Bernard Pivot est mort lundi à 89 ans, annonce sa famille. Il a présenté pendant quinze ans l’émission littéraire la plus célèbre du PAF, « Apostrophes », faisant défiler sur son plateau quelques-uns de plus grands noms de la littérature contemporaine.
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Le journaliste et écrivain Bernard Pivot, amoureux des belles lettres et présentateur de l’émission culte « Apostrophes », est mort lundi à Neuilly-sur-Seine, a annoncé sa fille Cécile Pivot à l’AFP. Il venait de fêter ses 89 ans. Retiré de la vie publique, il avait confié au Journal du Dimanche en avril 2023 être « frappé par le mal » au niveau du cerveau.

Passé par Le Figaro, Bernard Pivot lance « Apostrophes » le 10 janvier 1975. Pendant quinze ans, l’émission fera les grandes heures des vendredis soir du service public. La recette du succès : les premiers accords du concerto pour piano n°1 de Rachmaninov, quelques verres d’alcool, de nombreuses cigarettes et des débats passionnés – tantôt graves, tantôt badins -, autour de l’actualité littéraire mais aussi des grands classiques.

Quelques-unes de plus grandes plumes du XXe siècle se succèdent au micro du présentateur : Vladimir Nabokov, Alexandre Soljenitsyne, Marguerite Yourcenar, Marguerite Duras, Umberto Eco, Jean-Marie Le Clézio ou encore George Simenon. De nombreux artistes aussi, de Gainsbourg à Jean-Luc Godard, en passant par Georges Brassens et Renaud. Mais aussi des politiques, comme Valéry Giscard d’Estaing, François Mitterrand et Robert Badinter.

Plusieurs séquences sont passées dans les annales de la télévision, comme ce numéro de 1978 ou un Charles Bukowski complétement ivre quitte le plateau sous les menaces de François Cavanna : « Bukowski ! Je vais te foutre mon poing dans la gueule ! »

L‘affaire Gabriel Matzneff

Après l’arrêt d’« Apostrophes » en 1990, il avait créé « Bouillon de culture », toujours sur le service public, à l’horizon plus large que les livres, traitant aussi de cinéma et de théâtre. À la fin des années 1980, ses dictées – « Les Dicos d’Or » – réunissent des milliers de candidats pour un véritable championnat de France d’orthographe.

Elu à l’Académie Goncourt en 2004, Bernard Pivot assure la présidence du plus prestigieux des prix littéraires français à partir de 2014, en remplacement de l’écrivaine Edmonde Charles-Roux. Il quitte en décembre 2019 la présidence de l’Académie Goncourt. À la même période, la polémique enfle sur les réseaux sociaux autour d’une archive de l’émission « Apostrophes », datée de 1990, et dans laquelle apparait Gabriel Matzneff.

À l’occasion de la publication de son livre Mes amours décomposés, l’écrivain évoque sur le plateau de Bernard Pivot ses amours pédophiles, tandis que l’animateur se livre à plusieurs commentaires amusés. Avec 30 ans de recul, la séquence choque. « Aujourd’hui, la morale passe avant la littérature. Moralement, c’est un progrès », se défendra Bernard Pivot.

Né à Lyon le 5 mai 1935, Bernard Pivot était également connu pour être un amateur éclairé de vin et un fan de foot, en particulier de l’AS Saint-Etienne.

(Avec AFP)

Pour aller plus loin

Dans la même thématique

Mort à 89 ans de Bernard Pivot, le père d’« Apostrophes »
4min

Culture

Fusion de l’audiovisuel public : « On ne va uniformiser, ni les métiers, ni les activités », répond Rachida Dati

À la veille d’une grève à Radio France et France Télévisions, la ministre de la Culture a été interpellée au Sénat sur la réforme de l’audiovisuel par la socialiste Sylvie Robert. La sénatrice l’a accusé de « passer en force ». Rachida Dati a rétorqué que le secteur était « très dispersé » face à des groupes privés « qui s’organisent ».

Le

Mort à 89 ans de Bernard Pivot, le père d’« Apostrophes »
3min

Culture

Alexis Michalik : « Je suis de gauche depuis toujours », assume le metteur en scène et dramaturge  

Metteur en scène, acteur, scénariste… Il se définit lui-même comme un « raconteur d’histoires ». Rythmées, engagées et percutantes, ses pièces s’adressent à tous les publics, familiers ou non avec l’art dramatique. Comment conçoit-il son engagement en tant qu’artiste ? Comment en est-il venu à faire de l’immigration le thème de sa dernière pièce « Passeport » ? Cette semaine, Rebecca Fitoussi reçoit Alexis Michalik dans « Un monde un regard ».

Le

Siege de Radio France
4min

Culture

Audiovisuel public : le déplafonnement de la publicité, une « ligne rouge » pour le Sénat

L’examen de la réforme de l’audiovisuel public débute à l’Assemblée nationale. La commission des affaires culturelles a voté pour le déplafonnement des recettes publicitaires dans le secteur. L’amendement déposé par le gouvernement suscite la colère des acteurs, privés comme publics, mais est aussi désapprouvé par la droite sénatoriale qui fait de cette proposition une « ligne rouge ».

Le

Fusion de l’audiovisuel public : « Le gouvernement a repris exactement ce que l’on défendait », salue le rapporteur LR au Sénat
8min

Culture

Fusion de l’audiovisuel public : « Le gouvernement a repris exactement ce que l’on défendait », salue le rapporteur LR au Sénat

Le ministère de la Culture est sorti du flou et préconise désormais de fusionner les sociétés de l’audiovisuel public en une entité unique, France Médias. Les sénateurs de la majorité sénatoriale approuvent cette idée portée depuis plusieurs années dans leur maison, mais le président centriste de la commission de la culture se dit inquiet sur le calendrier proposé. La socialiste Sylvie Robert dénonce l’absence d’étude d’impact.

Le