Pour un rôle « je n’aurais aucun problème à incarner l’inhumanité » affirme Vincent Elbaz

Jeune impertinent, randonneur ou séducteur, on le connait d’abord pour ses personnages désinvoltes, comiques, auxquels on s’est tous attachés. Avec le temps, il a su se renouveler, que ce soit au théâtre, sur le petit comme sur le grand écran. Aujourd’hui chef de gang gitan dans la mini-série BRI, il nous livre ses ambitions et son regard sur le monde artistique et notre société. Cette semaine, Rebecca Fitoussi reçoit l’acteur et comédien Vincent Elbaz dans l’émission d’entretien Un monde, un regard.
Axel Dubois

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

« Au départ, il y a la proposition, qui est toujours la même : jouer, jouer. Il y a quelque chose de ludique auquel j’ai du mal à résister dans une proposition » : c’est peut-être ça son moteur, cette passion, cet amour du jeu, qui l’a conduit dès ses débuts à travailler avec des noms mythiques du cinéma français. Une passion qui ne l’a jamais quittée, et qui anime toute sa carrière.

 

Les débuts

Que ce soit avec Cédric Klapisch dans Le Péril jeune, Philippe Harel dans Les Randonneurs, ou Thomas Gilou dans La Vérité si je mens !, tous ont reconnu la gourmandise du jeune comédien, qui s’est rapidement fait connaitre du grand public.

C’est avec le rôle de Chabert dans Le Péril jeune qu’on le découvre : insolant, drôle et révolté, il devient un personnage incontournable de la bande, qu’on aime à moquer et imiter. Toujours humble, il se retrouvera souvent à l’affiche dans des films de groupe : « J’ai débuté dans les films de groupe. J’y trouve souvent ma place. J’aime l’esprit de groupe, j’aime partager. ». Lui qui aime partager l’affiche avec d’autres comédiens, préfère jouer un second rôle dans un bon film que d’accepter une proposition a priori plus alléchante : « Je vais pas prendre un scénario pas bon parce qu’il y a le rôle principal. C’est dommageable pour un acteur de faire les premiers rôles dans des films pas bons. ».

 

Un acharné

En casting ou en tournage, nombreux sont ceux qui connaissent la détermination de Vincent Elbaz. Prêt à prendre 18kg pour un rôle ou à faire 7 heures de danse par jour pendant 5 mois et demi, il ne s’arrête jamais : « La rencontre avec le réel, ce moment où on se cogne avec la réalité », c’est cela qui l’intéresse. Pour son rôle de chef de gang dans BRI, il n’a pas hésité à aller à la rencontre des personnages : « J’ai fait la rencontre de deux frères du côté d’Argenteuil qui m’ont appris l’argot de gens du voyage. J’ai passé beaucoup de temps là-bas, tout ce dont j’ai besoin pour faire un rôle, je le fais ».

Une envie débordante et une curiosité insatiable : « Il y a plein d’univers que j’aimerais explorer. Le monde politique par exemple, c’est un univers qui m’est étranger et qui me fascine. Un temps fasciné par les rôles de révolutionnaires d’extrême gauche, il a voulu lorsqu’il avait 20 ans incarner le rôle de Khaled Kelkal – un des terroristes impliqués dans les attentats du RER B en 1995 – avant de renoncer devant l’antisémitisme revendiqué du criminel. « Je pourrais jouer un terroriste, ajoute-t-il, un pédophile. Je n’ai pas de morale si je dois incarner l’inhumanité. Un être humain qui se comporte de manière inhumaine, j’ai aucun problème pour le faire. ».

 

Retrouvez l’intégralité de l’émission ici.

Dans la même thématique

Pour un rôle « je n’aurais aucun problème à incarner l’inhumanité » affirme Vincent Elbaz
3min

Culture

Visite de Charles III à Versailles : « Madame Macron voulait un dessert autour de l’Ispahan

L’ispahan, la tarte infiniment vanille, le carrément chocolat ou encore le macaron mogador… ces noms évoquent pour beaucoup des moments de douceurs et d’évasion. Des pâtisseries nées de l’imagination, la gourmandise, et du savoir-faire d’un génie de la pâtisserie passé par les plus grandes maisons – Lenôtre, Fauchon, La Durée – il a véritablement révolutionné le milieu, jusqu’à devenir l’un des plus grands chefs de sa génération. Cette semaine Rebecca Fitoussi reçoit Pierre Hermé, dans l’émission d’entretien Un monde, un regard.

Le

Pour un rôle « je n’aurais aucun problème à incarner l’inhumanité » affirme Vincent Elbaz
2min

Culture

Frank Leboeuf, « le football d’aujourd’hui m’intéresse de moins en moins »

Ancien footballeur, commentateur sportif, on le connait surtout pour son poste de défenseur central dans l’Equipe de France lors de la Coupe du monde de football de 1998. Désormais comédien et acteur, il revient sur sa carrière sportive et nous livre son regard sur le football d’aujourd’hui. Cette semaine Rebecca Fitoussi reçoit Frank Leboeuf dans l’émission d’entretien Un monde, un regard.

Le

Chaine d info
6min

Culture

Respect du pluralisme sur CNews : en quoi la décision du Conseil d’Etat est « historique » 

Saisi par l’ONG Reporters sans frontières, le Conseil d’Etat a donné 6 mois à l’Arcom pour renforcer son contrôle en matière de respect du « pluralisme et d’indépendance de l’information » par la chaîne CNews. Jusqu’ici, l’Arcom limitait son contrôle en comptabilisant uniquement le temps de parole des personnalités politiques. Il devra désormais tenir compte « des interventions de l’ensemble des participants » des chaînes de la TNT.

Le