Quand Patrick Timsit raconte son départ d’Alger : « Paris, c’était l’Eldorado »

Âgé de deux ans seulement, Patrick Timsit quitte son Algérie natale avec ses parents. Aujourd’hui, il retrouve dans le récit des Ukrainiens qui quittent leur ville et leur pays, une part de son histoire. Élevé dans la maroquinerie de sa famille, les personnes rencontrées ont été de réelles sources d’inspiration pour l’humoriste qu’il est devenu. Comment a-t-il vécu son déracinement ? Quel regard porte-t-il sur son enfance à la fois parisienne et intimement liée à l’Afrique du Nord ? Cette semaine, Rebecca Fitoussi reçoit Patrick Timsit dans « Un Monde un Regard ».
Lauralie Margalejo

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Alors que la guerre d’Algérie fait rage, une bombe explose près de la maroquinerie de ses parents. La caserne d’en face est ciblée. Dans ce climat d’insécurité, tout quitter pour tout reconstruire s’impose pour le père de l’acteur. La famille arrive à Paris qu’elle perçoit comme un « Eldorado ». Patrick Timsit concède néanmoins que le départ d’Alger « a été un arrachement », bien qu’il n’ait « jamais été élevé dans la nostalgie et encore moins dans la colère ». Lorsqu’il évoque la situation en Ukraine, il se dit « touché » et établit un parallèle avec son histoire familiale : « j’ai eu l’impression que j’avais face à moi les images de ce qu’ont vécu mes parents, et donc, de ce que j’ai vécu ».

Un « Titi parisien » élevé dans la « culture d’Afrique du Nord »

Si Patrick Timsit est conscient que les Pieds-noirs « n’ont pas eu un bon accueil » en France, c’est une enfance heureuse que décrit l’acteur : « j’étais aimé, on n’a jamais manqué de rien, on habitait la cuisine de la boutique, mon père se débrouillait toujours pour que ce soit chaleureux et humain ». Il grandit dans le commerce de ses parents, place de la République, puis à Barbès, rue Poulet. S’il se « rappelle parfaitement cette vie de quartier » et se décrit volontiers comme un « Titi parisien », c’est dans « la musique et la culture d’Afrique du Nord » qu’il grandit.

La maroquinerie ou la «  Cour des Miracles »

Le jeune Patrick Timsit passe le plus clair de son temps dans la boutique de sa mère, où il rencontre une galerie de personnages inspirants. Il la compare à « la Cour des Miracles ». Sa « mère était très aimée ». Et pour cause, dans la famille Timsit : « on parle beaucoup ! », s’exclame l’humoriste. C’est dans cette maroquinerie qu’il croise pour la première fois un transsexuel, à l’âge de 10 ans. Sa mère lui explique spontanément : « n’aie pas peur mon chéri, cet homme est une femme ». Il décrit également « une dame énorme en kilos et en cœur, non voyante, qui passait ses après-midi » à la boutique, et que sa mère « emmenait en vacances ».

De la maroquinerie aux planches de théâtre en passant par l’immobilier

Ces personnages aux allures balzaciennes ont, sans nul doute, été une source d’inspiration pour les sketchs de l’humoriste. Après une courte carrière dans l’immobilier, c’est en promenant son chien, au Bois de Boulogne, qu’il rencontre Jean-Michel Noirey. Ce dernier lui ouvre alors les portes de son atelier de théâtre : « il me fait faire deux improvisations, les gens rient, je me suis dit : je vais essayer, c’est formidable ! C’est peut-être ça que je veux faire. Je sentais que j’avais envie de savoir, je ne voulais pas le regretter. J’ai fermé l’agence en 48h, je n’étais pas heureux ».

L’intégralité de l’émission est disponible en replay.

Dans la même thématique

Quand Patrick Timsit raconte son départ d’Alger : « Paris, c’était l’Eldorado »
4min

Culture

Fusion de l’audiovisuel public : « On ne va uniformiser, ni les métiers, ni les activités », répond Rachida Dati

À la veille d’une grève à Radio France et France Télévisions, la ministre de la Culture a été interpellée au Sénat sur la réforme de l’audiovisuel par la socialiste Sylvie Robert. La sénatrice l’a accusé de « passer en force ». Rachida Dati a rétorqué que le secteur était « très dispersé » face à des groupes privés « qui s’organisent ».

Le

Quand Patrick Timsit raconte son départ d’Alger : « Paris, c’était l’Eldorado »
3min

Culture

Alexis Michalik : « Je suis de gauche depuis toujours », assume le metteur en scène et dramaturge  

Metteur en scène, acteur, scénariste… Il se définit lui-même comme un « raconteur d’histoires ». Rythmées, engagées et percutantes, ses pièces s’adressent à tous les publics, familiers ou non avec l’art dramatique. Comment conçoit-il son engagement en tant qu’artiste ? Comment en est-il venu à faire de l’immigration le thème de sa dernière pièce « Passeport » ? Cette semaine, Rebecca Fitoussi reçoit Alexis Michalik dans « Un monde un regard ».

Le

Siege de Radio France
4min

Culture

Audiovisuel public : le déplafonnement de la publicité, une « ligne rouge » pour le Sénat

L’examen de la réforme de l’audiovisuel public débute à l’Assemblée nationale. La commission des affaires culturelles a voté pour le déplafonnement des recettes publicitaires dans le secteur. L’amendement déposé par le gouvernement suscite la colère des acteurs, privés comme publics, mais est aussi désapprouvé par la droite sénatoriale qui fait de cette proposition une « ligne rouge ».

Le

Fusion de l’audiovisuel public : « Le gouvernement a repris exactement ce que l’on défendait », salue le rapporteur LR au Sénat
8min

Culture

Fusion de l’audiovisuel public : « Le gouvernement a repris exactement ce que l’on défendait », salue le rapporteur LR au Sénat

Le ministère de la Culture est sorti du flou et préconise désormais de fusionner les sociétés de l’audiovisuel public en une entité unique, France Médias. Les sénateurs de la majorité sénatoriale approuvent cette idée portée depuis plusieurs années dans leur maison, mais le président centriste de la commission de la culture se dit inquiet sur le calendrier proposé. La socialiste Sylvie Robert dénonce l’absence d’étude d’impact.

Le