Suppression des images de vidéosurveillance au Stade de France : le Sénat souhaite réauditionner Gérald Darmanin et Didier Lallement

Suppression des images de vidéosurveillance au Stade de France : le Sénat souhaite réauditionner Gérald Darmanin et Didier Lallement

Le Sénat entend reconvoquer le ministre de l’Intérieur et le Préfet de police de Paris, pour demander des précisions supplémentaires sur les incidents autour de la finale de la Ligue des Champions, indique François-Noël Buffet, le président de la commission des lois. Pour les élus de la Chambre Haute, les révélations de la FFF jeudi, trahissent de nouvelles négligences de la part des autorités publiques.
Romain David

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

La polémique autour des violences qui ont émaillé la finale de la Ligue des Champions, samedi 28 mai au Stade de France, a pris un tour nouveau jeudi après-midi, lorsque les sénateurs ont appris que les images de vidéosurveillance du stade ont été automatiquement supprimées. Différents responsables de la Fédération française de football étaient auditionnés par les commissions des Lois et de la Culture, qui enquêtent conjointement sur cette affaire, lorsque l’un d’eux a expliqué aux élus que les images captées par les caméras du stade étaient automatiquement écrasées au bout de sept jours, pour des questions de protection des données personnelles. À moins d’une saisie judiciaire, ce qui ne semble pas avoir été le cas, bien qu’une enquête ait été ouverte par le parquet de Bobigny.

« Chaque jour qui passe révèle une nouvelle négligence autour d’un événement majeur qui a été regardé par 400 millions de téléspectateurs dans le monde », s’agace auprès de Public Sénat le sénateur LR du Rhône François-Noël Buffet, président de la commission des lois. Bien décidé à faire toute la lumière sur cet événement, il indique avoir l’intention de reconvoquer devant les sénateurs le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, déjà auditionné le 1er juin, et le préfet de police de Paris, Didier Lallement, qui a été entendu jeudi matin

Pour les élus, il s’agit de confronter les déclarations de ces deux responsables, qui leur apparaissent désormais contradictoires au moins sur un point : la présence supposée de 35 000 à 40 000 personnes sans billet ou munis de faux billets le soir du match. Le locataire de la place Beauvau a imputé à cette foule la principale responsabilité des débordements, tandis que le préfet de police a semblé minimiser le rôle de ces supporters. Les images de vidéosurveillance auraient permis d’apporter un éclairage primordial.

Des auditions de la SNCF et de la RATP

Selon une information du Monde, la justice aurait bien fait une demande de saisie des vidéos auprès du consortium qui gère le Stade de France, jeudi 9 juin, soit cinq jours après la date supposée de suppression des données. « Evidement, le procureur de la République se réveille quand le scandale arrive. Mais c’est trop tard ! », gronde François-Noël Buffet. Le Sénat se réserve désormais le droit de convoquer sur ce point le garde des Sceaux, Éric Dupond-Moretti, voire le procureur de la République, confie encore François-Noël Buffet. Il n’est pas sûr, toutefois, que ce magistrat puisse s’exprimer sur une enquête en cours.

Désormais, les sénateurs peuvent encore s’appuyer sur deux types d’images pour poursuivre leurs investigations, celles de la préfecture de police, autour de l’enceinte sportive et sur la voirie. Gérald Darmanin a indiqué la semaine dernière qu’elles pourraient être mises à la disposition des élus. Mais aussi les captations de la SNCF et de la RATP, le long des quais du RER B, D, et de la ligne 13 du métro. L’administration du Sénat est actuellement en train de caler des auditions de responsables de ces deux entreprises publiques. « Probablement mardi », nous souffle-t-on.

Dans la même thématique

Suppression des images de vidéosurveillance au Stade de France : le Sénat souhaite réauditionner Gérald Darmanin et Didier Lallement
4min

Culture

Nicoletta : « Je ne ferai pas d’adieux, je partirai sur la pointe des pieds »

Après 50 ans de carrière, Nicoletta n’a jamais imaginé faire ses adieux à la scène. Celle qui a côtoyé les plus grands, Ray Charles comme Johnny Hallyday, n’envisage pas de raccrocher. Lucide sur le caractère éphémère des chansons, elle assure sans amertume qu’un jour « on l’oubliera ». Cette semaine Rebecca Fitoussi reçoit Nicoletta dans « Un monde un regard ».

Le

Suppression des images de vidéosurveillance au Stade de France : le Sénat souhaite réauditionner Gérald Darmanin et Didier Lallement
3min

Culture

Ibrahim Maalouf revendique « son amour pur de la France » dans une époque marquée par la « haine et le racisme »

Il y a 40 ans, la famille d’Ibrahim Maalouf fuyait le Liban dévasté par la guerre. Il se souvient de l’accueil généreux des familles françaises. Au moment où l’extrême droite est aux portes du pouvoir, il s’interroge sur cette inversion des valeurs dans le pays qui lui a permis de devenir le trompettiste de renommée internationale que nous connaissons tous. Cette semaine, Rebecca Fitoussi reçoit Ibrahim Maalouf au Dôme Tournon du Sénat dans « Un monde un regard ».

Le