Assurance chômage : Emmanuel Macron laisse la porte ouverte à des modifications après les législatives

Interrogé sur le sort de la réforme de l’assurance chômage, dont le décret n’a pas encore été publié, le président de la République « assume » son contenu. Il repousse toutefois le sujet au lendemain des législatives en juillet, et précise que ce sera aux forces de majorité d’en « construire les modalités ».
Guillaume Jacquot

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

La réforme de l’assurance chômage a été abordée à deux reprises lors des questions, dans l’interview d’Emmanuel Macron ce 12 juin. Le décret durcissant notamment les conditions d’accès à l’indemnisation était attendu d’ici au 1er juillet, une date qui tombe en plein durant l’entre-deux-tours des législatives (30 juin et 7 juillet).

Interrogé sur ces intentions vis-à-vis de cette réforme, Emmanuel Macron a répété qu’elle était « assumée », « bonne » et « importante pour le pays », pour « lutter contre l’inactivité » et avoir « une société du plein emploi ». Le président de la République a toutefois renvoyé le sujet au lendemain des élections, évoquant même la possibilité d’un passage devant le Parlement, sans donner davantage d’explications. « Après, il y a un temps électoral, là aussi ça doit se reprendre après, est-ce que ça doit passer par l’Assemblée ? Est-ce que ça doit passer par un décret ? On le verra le lendemain. »

Le président de la République a également laissé entendre que son contenu n’était pas nécessairement figé, quand bien même son gouvernement irait la défendre durant la campagne électorale. « On ne peut pas dire que c’est un intangible, sinon on ne peut pas dire on va négocier des choses et qu’on doit ouvrir [la majorité] », a-t-il répondu. « Je ne veux pas préempter le jour d’après, et les discussions qui vont se faire, et donc si certains veulent l’améliorer, la changer, je ne veux pas vous dire je crois dans la co-construction et vous dire c’est intangible, je ne serais pas cohérent […] Ce sera à la fois aux forces de la majorité, et dans la construction de programmes, et le jour d’après, de construire les modalités. »

Dans la même thématique

Logos des chaines de TV TNT C8 et NRJ 12
5min

Économie

Non-renouvellement de C8 sur la TNT : la décision de l’ARCOM jugée « responsable et cohérente », par Laurent Lafon

L’ARCOM (ex-CSA) a décidé de ne pas renouveler les fréquences TNT de C8 et de NRJ12. « C’est un message fort envoyé aux acteurs de l’audiovisuel » réagit le président de la commission de la Culture du Sénat, Laurent Lafon (Union centriste). Deux nouveaux acteurs font leur entrée sur la TNT : OF TV du groupe de presse Ouest-France et RéelsTV, porté par le groupe CMI France du milliardaire tchèque Daniel Kretinsky.

Le

COUR DES COMPTES
7min

Économie

Les collectivités ont perdu près de 4 milliards en 2023 : les sénateurs appellent à une refonte de la fiscalité locale

Dans un rapport, la Cour des Comptes cible l’inflation et le recul du marché de l’immobilier pour expliquer en partie la baisse de l’épargne des collectivités territoriales sur l’année 2023. Ce phénomène est particulièrement marqué du côté des départements. Si les Sages de la rue Cambon ne jugent pas la situation alarmante, les sénateurs estiment pour leur part que le système de financement des collectivités n’est plus adapté aux situations de crise.

Le