Bruno Le Maire veut engager 10 milliards d’euros d’économies supplémentaires pour 2024

Bruno Le Maire maintient l’objectif de 25 milliards d’euros d’économies en 2024

Le ministre de l’Économie et des Finances va adresser ce 11 juillet un « courrier de notification à tous les ministères de leur plafond de dépenses ». Il invite à nouveau les collectivités territoriales à réaliser deux milliards d’économies.
Guillaume Jacquot

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

« Je suis encore ministre de l’Économie et des Finances. Ma responsabilité, c’est de garantir la continuité de l’État de garantir l’équilibre des finances publiques. » Bruno Le Maire veut rester jusqu’au bout aux manettes du pilotage des dépenses publiques, alors que plusieurs risques budgétaires se profilent pour les prochains mois. Ce 11 juillet, il annonce prendre de nouvelles décisions pour tenir l’objectif d’un déficit public à 5,1 % du PIB. Mais leur mise en œuvre n’est pas garantie.

En février, le gouvernement a déjà annulé 10 milliards d’euros par décret, conséquence de rentrées fiscales bien moins bonnes qu’espéré fin 2023, et récolté 5 milliards de recettes supplémentaires avec le rehaussement de la fiscalité sur l’électricité en début d’année. Il reste 10 milliards d’euros de mesures à appliquer pour respecter sa trajectoire budgétaire détaillée dans le programme de stabilité du printemps.

Il va envoyer un « courrier de notification à tous les ministères de leur plafond de dépenses », lequel « va marquer une réduction de dépenses pour tous les ministères de 5 milliards d’euros par rapport à la loi de finances initiale », a-t-il précisé ce jeudi. « Si un prochain gouvernement, dans 15 jours, ou dans un mois, veut dégeler les crédits, il a tout le loisir de les dégeler », a précisé le locataire de Bercy. « Je tiens les objections qui sont les nôtres, tant que le gouvernement est en fonction ».

« Plus la période d’incertitude politique dure, plus l’impact économique est lourd »

Le ministre demande toujours deux milliards d’euros d’effort aux collectivités locales, face au constat d’une « forte augmentation » de leurs dépenses. Sans aucune garantie de succès, étant donné le principe de libre administration des collectivités. « Je veux mettre chacun devant ses responsabilités. Chacun doit contribuer au rétablissement des finances publiques », a-t-il indiqué.

Troisième élément visant à redonner un peu de marge pour l’exercice 2024 : une taxation des profits des énergéticiens, pour un montant attendu 3 milliards d’euros. Là aussi, le produit reste purement virtuel pour l’instant. La nouvelle version de la contribution sur les rentes inframarginales (CRIM) ne peut s’appliquer rétroactivement sur 2024, qu’après avoir été adoptée dans le budget 2025. « Je prépare la décision. À charge pour la prochaine majorité de la voter ».

Pour le ministre, cette série de mesures sont « indispensables » pour tenir la trajectoire fixée au printemps dans le cadre du programme de stabilité. Bercy identifie des « risques » dans les mois à venir, en particulier « l’immobilisme économique » lié à l’incertitude politique actuelle. Le ministre de l’Économie et des Finances redoute également un « risque de dérapage sur les dépenses de la Sécurité sociale » et des recettes fiscales moins élevées que prévu au second semestre. « Plus la période d’incertitude politique dure, plus l’impact économique est lourd. On est sur quelques milliards d’euros », a affirmé le ministre.

Alors que chaque bloc poursuit ses négociations pour tenter de faire émerger une coalition au Parlement, Bruno Le Maire a profité de l’occasion pour dénoncer à nouveau le programme du Nouveau Front populaire. « Le projet économique du Nouveau Front populaire représente un danger vital pour la France », a-t-il assené, le qualifiant d’ « irréaliste » et de « spoliateur ».

Dans la même thématique

PARIS: Bercy Ministere de l Economie et des Finances
5min

Économie

Budget 2024 : une « accélération atypique » des dépenses entre mars et mai, relève l’Inspection générale des Finances

Dans un rapport rendu public ce jeudi, l’IGF valide le scénario macro-économique du gouvernement pour 2024 ainsi que les prévisions de recettes à la fin mai. L’administration met cependant un bémol sur le rythme de dépenses sur les cinq premiers mois de l’année, et met en garde contre l’existence « d’aléas négatifs » sur le second semestre.

Le

Radio France 2
3min

Économie

Financement de l’audiovisuel public par la TVA : le Sénat veut reprendre la main 

Plusieurs sénateurs sont à la manœuvre pour changer la loi et permettre qu’une part de TVA (Taxe sur la valeur ajoutée) reste la solution au financement de France TV, Radio France et France Média Monde. Une nécessité, selon ces sénateurs, tant en matière de garantie de l’indépendance de l’audiovisuel public que de son bon fonctionnement économique. D’autant que le temps presse, puisque le financement par la TVA n’est permis, pour l’heure, que jusqu’au 31 décembre 2024.

Le

Paris: The first national meeting “recruit differently through sport”
5min

Économie

Législatives : les milieux économiques entre « surprise » et « inquiétude » à la suite de la victoire du Nouveau Front Populaire

Si la Bourse de Paris se maintient ce lundi face à l’absence de majorité absolue pour l’alliance de gauche et le RN, les patrons de TPE et de PME font part de leur « inquiétude » à l’idée de voir le programme du Nouveau Front Populaire (NFP) appliqué. Dans un communiqué, le Medef a appelé les responsables politiques à « faire le choix du pays plutôt que celui des intérêts partisans ».

Le