Budget des collectivités locales : face au déficit, « nous sommes tous dans le même bateau », déclare Gabriel Attal

Après un premier plan d’économies de 10 milliards d’euros sur les dépenses de l’État, des coupes budgétaires pourraient également être réalisées auprès des collectivités territoriales. Face aux alertes des sénateurs, Gabriel Attal assure que le gouvernement recevra les associations d’élus à ce sujet le 9 avril.
Rose Amélie Becel

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

« Nous sommes tous dans le même bateau. Si on veut éviter une hausse supplémentaire des taux d’intérêts, c’est aussi parce qu’on veut protéger les collectivités territoriales dans leurs capacités d’investissements », défend Gabriel Attal lors des questions d’actualités au gouvernement, face à l’inquiétude des sénateurs sur d’éventuelles coupes budgétaires pour les collectivités locales.

« Je crois très profondément à l’esprit collectif de responsabilité », assure le Premier ministre, qui promet que ce plan d’économies sera discuté avec les représentants d’associations d’élus. Ils seront reçus par Bruno Le Maire, Thomas Cazenave, Christophe Béchu et Dominique Faure, le 9 avril prochain.

L’accompagnement de l’Etat aux collectivités « ne faiblira pas en 2024 »

Face à Gabriel Attal, la présidente du groupe communiste estime que le gouvernement considère les collectivités « comme un supplétif aux difficultés financières de l’Etat ». « Vous avez le choix de faire les recettes que vous souhaitez. Les collectivités territoriales qui doivent boucler leurs budgets, qui doivent répondre aux besoins de leur population, qui pallient la défaillance des plus grandes missions régaliennes, n’ont pas ce choix-là », dénonce Cécile Cukierman.

De son côté, le Premier ministre estime au contraire que l’accompagnement de l’État aux collectivités « ne faiblira pas en 2024 » : « L’État versera 60 milliards d’euros aux collectivités locales, c’est le deuxième poste de dépenses après l’Éducation nationale. Nous sommes au rendez-vous, à leurs côtés. »

Dans la même thématique

Paris : Launch of 100-day countdown Paris 2024 Olympic and Paralympic Games
8min

Économie

Déficit public : « La trajectoire annoncée est difficilement atteignable », juge l’économiste Stéphanie Villers

Le ministre des Comptes publics Thomas Cazenave a présenté le programme de stabilité en conseil des ministres ce mercredi 17 avril. Ce document qui résume la trajectoire du déficit public et de la dette française « manque de crédibilité » selon le Haut Conseil des finances publiques. Un « jugement objectif qu’il faut entendre », selon la conseillère économique chez PwC Stéphanie Villers.

Le

Budget des collectivités locales : face au déficit, « nous sommes tous dans le même bateau », déclare Gabriel Attal
5min

Économie

Atos : les dirigeants « confiants » sur l’avenir du groupe, les sénateurs appellent l’État à faire une entrée durable au capital

Auditionnés devant la mission d’information sénatoriale, le président du conseil d’administration et le directeur général de la société se sont montrés confiants sur l’avenir de leur groupe, après des accords de liquidités conclus ces derniers jours. Lourdement endetté, le fleuron français de l’informatique a toujours besoin d’énormes apports financiers, le temps de relever la tête. Les sénateurs appellent l’État à davantage d’engagement.

Le

Budget des collectivités locales : face au déficit, « nous sommes tous dans le même bateau », déclare Gabriel Attal
4min

Économie

Déficit 2024 : Thomas Cazenave affirme qu’il n’y a « pas de plan caché » d’augmentation des impôts

Interpellé par le groupe LR au Sénat sur l’absence d’un projet de loi de finances rectificative, le ministre des Comptes publics a détaillé la marche à suivre pour contenir le déficit à 5,1 % en 2024. Sans texte financier supplémentaire, Bercy veut obtenir 10 milliards d’euros d’économies supplémentaires, en jouant sur les crédits mis en réserve et en demandant un effort aux collectivités territoriales.

Le