Illustration Grande Distribution

« C’était une demande de nos éleveurs » : dans un décret, le gouvernement interdit les appellations de « viande végétale »

Le gouvernement a publié un nouveau décret interdisant la dénomination de produits à base de protéines végétales par des mots faisant référence à la viande. Un décret salué par les acteurs de la filière animale, qui estiment que des termes comme « steak végétal » ou « saucisse vegan » peuvent créer de la confusion chez les consommateurs.
Rédaction Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Fini le « bacon végétarien » et le « jambon végétal », désormais les alternatives végétales aux produits d’origine animale ne pourront plus utiliser une dénomination faisant référence à la viande. « C’était une demande de nos éleveurs », s’est félicité Gabriel Attal dans un tweet.

Le décret, publié ce 27 février, liste un certain nombre de termes « dont l’utilisation est interdite pour la désignation de denrées alimentaires comportant des protéines végétales », on y retrouve notamment les mots filet, escalope, jambon et de manière générale tous les termes « faisant référence aux noms des espèces et groupes d’espèces animales, à la morphologie ou à l’anatomie animale ».

D’autres termes seront réservés aux produits ne contenant que très peu de protéines végétales, « qui ne se substituent pas aux denrées d’origine animale mais sont ajoutés en complément ». Ainsi, pour pouvoir recevoir l’appellation « saucisson », un produit ne pourra pas contenir plus de 5 % de protéines végétales.

« Cette mesure crée une inégalité de traitement »

Pour Patrick Bénézit, président de la Fédération nationale bovine, interrogé par l’AFP, ce décret était « très attendu » et « essentiel pour la protection de la dénomination » : « Il est maintenant souhaitable qu’on élargisse ça au niveau européen ». Car le décret actuel prévoit que les produits végétaux « légalement fabriqués ou commercialisés dans un autre État membre de l’Union européenne ou dans un pays tiers » restent autorisés en France.

Une exception française qui froisse les marques de substituts végétaux à la viande. « Cette mesure crée une inégalité de traitement entre les entreprises françaises et étrangères, entravant ainsi la concurrence et l’innovation », estime la marque HappyVore dans un communiqué. De son côté, la marque La Vie dénonce sur les réseaux sociaux un « forcing du lobby de la viande industrielle pour censurer les alternatives végétales ». En juillet 2022, le Conseil d’Etat avait suspendu un décret allant dans ce sens, à la demande d’une association de défense des industriels des protéines végétales.

Il y a un an, le Sénat s’était penché sur un autre sujet d’importance pour l’industrie de la viande : la viande cellulaire, produite en laboratoire. Une mission d’information menée par les sénateurs Olivier Rietmann (LR) et Henri Cabanel (RDSE) concluait au besoin d’investissements plus importants pour accélérer les recherches en la matière. La consommation de viande reste en effet une source importante d’émissions de gaz à effet de serre. Selon une étude de la société française de nutrition et du Réseau Action Climat, une réduction de 50 % de la consommation de viande est nécessaire pour atteindre les objectifs climatiques en France.

Dans la même thématique

Paris : Launch of 100-day countdown Paris 2024 Olympic and Paralympic Games
8min

Économie

Déficit public : « La trajectoire annoncée est difficilement atteignable », juge l’économiste Stéphanie Villers

Le ministre des Comptes publics Thomas Cazenave a présenté le programme de stabilité en conseil des ministres ce mercredi 17 avril. Ce document qui résume la trajectoire du déficit public et de la dette française « manque de crédibilité » selon le Haut Conseil des finances publiques. Un « jugement objectif qu’il faut entendre », selon la conseillère économique chez PwC Stéphanie Villers.

Le

« C’était une demande de nos éleveurs » : dans un décret, le gouvernement interdit les appellations de « viande végétale »
5min

Économie

Atos : les dirigeants « confiants » sur l’avenir du groupe, les sénateurs appellent l’État à faire une entrée durable au capital

Auditionnés devant la mission d’information sénatoriale, le président du conseil d’administration et le directeur général de la société se sont montrés confiants sur l’avenir de leur groupe, après des accords de liquidités conclus ces derniers jours. Lourdement endetté, le fleuron français de l’informatique a toujours besoin d’énormes apports financiers, le temps de relever la tête. Les sénateurs appellent l’État à davantage d’engagement.

Le

« C’était une demande de nos éleveurs » : dans un décret, le gouvernement interdit les appellations de « viande végétale »
4min

Économie

Déficit 2024 : Thomas Cazenave affirme qu’il n’y a « pas de plan caché » d’augmentation des impôts

Interpellé par le groupe LR au Sénat sur l’absence d’un projet de loi de finances rectificative, le ministre des Comptes publics a détaillé la marche à suivre pour contenir le déficit à 5,1 % en 2024. Sans texte financier supplémentaire, Bercy veut obtenir 10 milliards d’euros d’économies supplémentaires, en jouant sur les crédits mis en réserve et en demandant un effort aux collectivités territoriales.

Le