Déficit public : « La France décroche en Europe comme jamais auparavant », alerte François-Xavier Bellamy

Invité de l’émission Extra Local, la tête de liste Les Républicains aux élections européennes estime que la situation de la dette en France est « un sujet de sidération pour nos voisins européens ».
Rédaction Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Ce mardi, l’INSEE a confirmé que le déficit public de la France atteint 5,5 % du PIB en 2023, soit bien plus que les 4,9 % initialement prévus par le gouvernement. Invité d’Extra Local ce 29 mars, François-Xavier Bellamy estime que ce dérapage de la dette est un très mauvais signal envoyé dans l’Union européenne : « C’est un sujet de sidération pour nos voisins européens et de discrédit profond pour le pays. »

« Pendant ce temps-là, tous les pays européens autour de nous sont en train de retrouver le chemin de la croissance et de l’équilibre budgétaire. La réalité, c’est que la France décroche en Europe comme jamais auparavant », alerte le chef de file des Républicains pour les élections européennes.

La France figure en effet parmi les mauvais élèves européens. Ce lundi, le Portugal a annoncé avoir dégagé un excédent budgétaire à hauteur de 1,2 % de son PIB pour l’année 2023. Grâce à l’un des taux de croissance les plus élevés de la zone euro, l’Espagne a également ramené le niveau de sa dette sous la barre des 4 % du PIB.

L’annonce d’une nouvelle réforme de l’assurance chômage, « un débat de diversion »

Après le plan de 10 milliards d’euros d’économies annoncé par Bruno Le Maire au mois de février, le gouvernement souhaite désormais porter une nouvelle réforme de l’assurance chômage. Invité du JT de TF1 ce 27 mars, Gabriel Attal a en effet estimé que la réduction de la durée d’indemnisation était « une des pistes » envisagée pour combler le déficit.

« Un débat de diversion », estime de son côté François-Xavier Bellamy. Si l’eurodéputé défend l’utilité d’une telle réforme « pour conduire les Français vers le travail », il soutient que « ce n’est pas sur l’assurance chômage qu’on trouve les déficits qui font le dérapage de la dette ».

« Un état qui prélève un maximum de ressources, mais qui n’assure plus les services essentiels »

Pour François-Xavier Bellamy, le plan d’économies sur les dépenses de l’Etat annoncé par Bercy ne va pas assez loin. « Vous avez un état qui prélève un maximum de ressources, qui crée un maximum de dettes, mais qui n’assure plus les services essentiels pour lesquels les Français l’attendent », dénonce-t-il, réclamant une réduction plus importante des dépenses administratives. « Les dépenses de l’hôpital aujourd’hui, c’est 34 % de dépenses administratives. Au Danemark, c’est 20 %. Dans l’Education nationale, c’est la même histoire », déplore l’eurodéputé.

Tête de liste des Républicains pour le scrutin européen de juin prochain, François-Xavier Bellamy peine pour le moment à décoller dans les sondages. Selon notre baromètre Odoxa, publié le 26 mars, le candidat suscite l’indifférence de 56 % des sondés, ce qui le classe à l’avant dernière place derrière l’écologiste Marie Toussaint.

Dans la même thématique

Paris : Launch of 100-day countdown Paris 2024 Olympic and Paralympic Games
8min

Économie

Déficit public : « La trajectoire annoncée est difficilement atteignable », juge l’économiste Stéphanie Villers

Le ministre des Comptes publics Thomas Cazenave a présenté le programme de stabilité en conseil des ministres ce mercredi 17 avril. Ce document qui résume la trajectoire du déficit public et de la dette française « manque de crédibilité » selon le Haut Conseil des finances publiques. Un « jugement objectif qu’il faut entendre », selon la conseillère économique chez PwC Stéphanie Villers.

Le

Déficit public : « La France décroche en Europe comme jamais auparavant », alerte François-Xavier Bellamy
5min

Économie

Atos : les dirigeants « confiants » sur l’avenir du groupe, les sénateurs appellent l’État à faire une entrée durable au capital

Auditionnés devant la mission d’information sénatoriale, le président du conseil d’administration et le directeur général de la société se sont montrés confiants sur l’avenir de leur groupe, après des accords de liquidités conclus ces derniers jours. Lourdement endetté, le fleuron français de l’informatique a toujours besoin d’énormes apports financiers, le temps de relever la tête. Les sénateurs appellent l’État à davantage d’engagement.

Le

Déficit public : « La France décroche en Europe comme jamais auparavant », alerte François-Xavier Bellamy
4min

Économie

Déficit 2024 : Thomas Cazenave affirme qu’il n’y a « pas de plan caché » d’augmentation des impôts

Interpellé par le groupe LR au Sénat sur l’absence d’un projet de loi de finances rectificative, le ministre des Comptes publics a détaillé la marche à suivre pour contenir le déficit à 5,1 % en 2024. Sans texte financier supplémentaire, Bercy veut obtenir 10 milliards d’euros d’économies supplémentaires, en jouant sur les crédits mis en réserve et en demandant un effort aux collectivités territoriales.

Le