Ligne Paris-Clermont : Laurent Wauquiez demande au gouvernement de « grandes décisions » sous peine de « cataclysme »

Ligne Paris-Clermont : Laurent Wauquiez demande au gouvernement de « grandes décisions » sous peine de « cataclysme »

Lors du congrès des Régions de France qui se tient à Vichy, le président LR de la région Auvergne-Rhône-Alpes a interpellé Élisabeth Borne sur les dysfonctionnements de la ligne Paris Clermont-Ferrand.
Simon Barbarit

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

« Vous n’êtes pas venus par le train. Je ne vous le reproche pas […] Si vous étiez venus par le train SNCF, Paris Vichy, votre arrivée aurait été très aléatoire ». Au congrès des Régions de France qui se tient à Vichy ce vendredi, Laurent Wauquiez a interpellé Élisabeth Borne sur les dysfonctionnements récurrents de la ligne qui rejoint Paris à Clermont-Ferrand. Il y a encore quelques semaines un train a mis 20 heures pour rejoindre les deux villes.

Jeudi, Clément Beaune le ministre des Transports a annoncé un comité de pilotage pour améliorer les services de la ligne. « Mais on vient d’apprendre avec Frédéric Aguilera (le maire de Vichy) qu’une autorité environnementale […] sans aucune légitimité démocratique […] demande qu’il y ait des études supplémentaires sur la réalisation des travaux sur la ligne Paris-Clermont qui va nous faire perdre deux ans […] On se heurte à toutes les contradictions de l’Etat Français », s’est agacé le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Il finit par une mise en garde. « Si des grandes décisions ne sont pas prises rapidement sur l’état du chemin de fer, nous aurons dans cinq ans le même cataclysme que nous avons aujourd’hui sur le nucléaire ».

 

Dans la même thématique

Ligne Paris-Clermont : Laurent Wauquiez demande au gouvernement de « grandes décisions » sous peine de « cataclysme »
5min

Économie

Atos : les dirigeants « confiants » sur l’avenir du groupe, les sénateurs appellent l’État à faire une entrée durable au capital

Auditionnés devant la mission d’information sénatoriale, le président du conseil d’administration et le directeur général de la société se sont montrés confiants sur l’avenir de leur groupe, après des accords de liquidités conclus ces derniers jours. Lourdement endetté, le fleuron français de l’informatique a toujours besoin d’énormes apports financiers, le temps de relever la tête. Les sénateurs appellent l’État à davantage d’engagement.

Le

Ligne Paris-Clermont : Laurent Wauquiez demande au gouvernement de « grandes décisions » sous peine de « cataclysme »
4min

Économie

Déficit 2024 : Thomas Cazenave affirme qu’il n’y a « pas de plan caché » d’augmentation des impôts

Interpellé par le groupe LR au Sénat sur l’absence d’un projet de loi de finances rectificative, le ministre des Comptes publics a détaillé la marche à suivre pour contenir le déficit à 5,1 % en 2024. Sans texte financier supplémentaire, Bercy veut obtenir 10 milliards d’euros d’économies supplémentaires, en jouant sur les crédits mis en réserve et en demandant un effort aux collectivités territoriales.

Le

Ligne Paris-Clermont : Laurent Wauquiez demande au gouvernement de « grandes décisions » sous peine de « cataclysme »
10min

Économie

Emploi des seniors : le président du MEDEF confirme l'échec des négociations et déplore une lettre de cadrage trop restrictive du gouvernement

Auditionné ce matin par la commission des affaires économiques du Sénat, quelques heures après la fin des négociations sur l’emploi des seniors, qui n’ont pas abouti à un accord entre syndicats et patronat, le président du MEDEF, Patrick Martin, a regretté un échec « malencontreux », tout en saluant une « bonne » qualité relationnelle avec les syndicats.

Le