Réforme des retraites : en cas d’échec de la concertation, le gouvernement « prendra ses responsabilités », prévient Riester

Réforme des retraites : en cas d’échec de la concertation, le gouvernement « prendra ses responsabilités », prévient Riester

Si la concertation avec les responsables des partis et les représentants syndicaux venait à échouer, le ministre n’exclut pas un passage en force de la réforme des retraites. 
Public Sénat

Par Sandrine Tran

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Interrogé à la sortie des questions au gouvernement au Sénat, le ministre en charge des relations avec le Parlement s’est montré ferme au sujet de la réforme des retraites. Si une concertation n’était pas conclusive d’ici la fin de l’année, le gouvernement « prendra ses responsabilités » a-t-il assuré.

« Si jamais nous ne devions pas avoir de majorité à l’issue de ce travail de concertation, nous prendrons nos responsabilités, comme nous le prendrons pour tous les textes », a-t-il affirmé. Et de poursuivre : « Si nous devons à un moment ou à un autre, sur les lois de finances ou les lois de finances de la sécurité sociale, prendre nos responsabilités en utilisant des outils que nous donne la Constitution pour s’assurer que la France a un budget, nous le ferons. Et nous le ferons en sérénité comme d’autres gouvernements avant nous l’ont utilisé. »

« A un moment donné, il faut se décider à agir »

Avant d’ajouter que « l’ouverture, la concertation et le respect des oppositions » faisaient partie des méthodes de travail de la majorité, mais qu’ « à un moment donné, il faut se décider à agir pour nos compatriotes ».

Une manière de parler de l’article 49.3 sans le nommer, qui pourrait acter la mise en place de la réforme des retraites selon les termes de l’exécutif et selon son calendrier. A savoir un vote avant l’été prochain. Un serpent de mer auquel Emmanuel Macron avait promis de s’attaquer dès sa première élection en 2017.

Pour assurer qu’une concertation n’est pas qu’une question de forme, le ministre a tenu à rappeler que des premiers rendez-vous de travail ont déjà débuté entre Olivier Dussopt, ministre du Travail, et les organisations syndicales. D’autres sont à venir, réunissant Élisabeth Borne, Olivier Dussopt et Franck Riester avec les principaux représentants des partis politiques.

Les négociations auront lieu jusqu’à la mi-décembre et le projet de loi sera présenté en conseil des ministres « en début d’année » prochaine.

 

Dans la même thématique

Paris : Launch of 100-day countdown Paris 2024 Olympic and Paralympic Games
8min

Économie

Déficit public : « La trajectoire annoncée est difficilement atteignable », juge l’économiste Stéphanie Villers

Le ministre des Comptes publics Thomas Cazenave a présenté le programme de stabilité en conseil des ministres ce mercredi 17 avril. Ce document qui résume la trajectoire du déficit public et de la dette française « manque de crédibilité » selon le Haut Conseil des finances publiques. Un « jugement objectif qu’il faut entendre », selon la conseillère économique chez PwC Stéphanie Villers.

Le

Réforme des retraites : en cas d’échec de la concertation, le gouvernement « prendra ses responsabilités », prévient Riester
5min

Économie

Atos : les dirigeants « confiants » sur l’avenir du groupe, les sénateurs appellent l’État à faire une entrée durable au capital

Auditionnés devant la mission d’information sénatoriale, le président du conseil d’administration et le directeur général de la société se sont montrés confiants sur l’avenir de leur groupe, après des accords de liquidités conclus ces derniers jours. Lourdement endetté, le fleuron français de l’informatique a toujours besoin d’énormes apports financiers, le temps de relever la tête. Les sénateurs appellent l’État à davantage d’engagement.

Le

Réforme des retraites : en cas d’échec de la concertation, le gouvernement « prendra ses responsabilités », prévient Riester
4min

Économie

Déficit 2024 : Thomas Cazenave affirme qu’il n’y a « pas de plan caché » d’augmentation des impôts

Interpellé par le groupe LR au Sénat sur l’absence d’un projet de loi de finances rectificative, le ministre des Comptes publics a détaillé la marche à suivre pour contenir le déficit à 5,1 % en 2024. Sans texte financier supplémentaire, Bercy veut obtenir 10 milliards d’euros d’économies supplémentaires, en jouant sur les crédits mis en réserve et en demandant un effort aux collectivités territoriales.

Le