EAU MINERALE

Scandale des eaux en bouteille : « Ces dissimulations, c’est ce qu’il y a de pire dans une démocratie »

En début de semaine, Le Monde et Radio France ont révélé qu’un tiers des marques d’eau en bouteille subiraient des traitements non-conformes aux réglementations. Le gouvernement, mis au courant du scandale, aurait diligenté une enquête en 2021. Les sénateurs socialistes demandent qu’elle soit rendue publique.
Rose Amélie Becel

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Dans une enquête publiée le 30 janvier, Le Monde et la cellule investigation de Radio France ont révélé qu’une large partie des eaux vendues sous l’étiquette « minérale naturelle » ou « de source », subissaient des traitements de purification similaires à ceux utilisés pour l’eau du robinet. De grandes marques sont concernées, notamment toutes celles du numéro 1 mondial Nestlé Waters (Perrier, Vittel, Hépar…), ou encore le groupe Sources Alma (Cristaline, Saint-Yorre, Vichy…).

Le code de la santé publique définit trois appellations sous lesquelles peuvent être vendues les eaux en bouteille : les eaux « minérales naturelles », les eaux « de source » et les eaux « rendues potables par traitement ». Les deux premières, puisées dans des nappes souterraines profondes, sont censées être naturellement saines et ne peuvent subir qu’un nombre très restreint de traitements. Les méthodes de filtration avec des ultraviolets ou du charbon actif, notamment utilisés par Nestlé Waters de manière dissimulée, sont donc interdites.

Le gouvernement mis en cause

Le 31 janvier, le parquet d’Epinal a ouvert une enquête préliminaire pour tromperie à l’encontre de Nestlé Waters, suite à un signalement de l’Agence régionale de santé (ARS) du Grand Est. « Les conditions de révélation de ce scandale, dans la presse, sont dramatiques. Les traitements mis en place n’ont jamais fait l’objet d’une communication publique, ont contourné les démarches de contrôle de l’ARS. Ces dissimulations, c’est ce qu’il y a de pire dans une démocratie », dénonce le sénateur socialiste Hervé Gillé.

Au-delà d’une tromperie pour les consommateurs, l’élu s’inquiète de dissimulations jusqu’au sommet de l’État. Selon l’enquête du Monde et de Radio France, les ministres de l’Economie, de la Santé et de l’Industrie étaient informés de ces pratiques interdites depuis 2021. Suite à un rendez-vous avec les représentants du groupe Nestlé, le gouvernement aurait décidé de diligenter une enquête de l’inspection générale des affaires sociales (Igas). C’est le rapport de l’Igas, remis en juillet 2022, qui aurait révélé que « près de 30 % des désignations commerciales subissent des traitements non conformes ».

« La représentation nationale doit être tenue au courant du détail de ces pratiques »

Dans un courrier adressé à Catherine Vautrin, ministre du Travail et de la Santé, les sénateurs socialistes demandent ainsi la publication de ce rapport de l’Igas : « Face à ce scandale, nous pensons que la représentation nationale doit être tenue au courant du détail de ces pratiques ». De leur côté, les députés socialistes demandent la mise en place d’une commission d’enquête sur ce scandale des eaux en bouteille.

Contacté par Le Monde et Radio France, Nestlé justifie ces traitements par « l’évolution des conditions climatiques et environnementales », qui rend de plus en plus difficile la préservation d’une ressource en eau de qualité dans les nappes. Ce scandale pourrait-il faire évoluer les normes sanitaires qui encadrent l’eau en bouteille ? Pour Hervé Gillé, « on peut reprocher au gouvernement de ne pas avoir porté ce sujet au niveau national et européen, compte tenu de la situation actuelle des nappes phréatiques. Ce débat est pertinent, mais il doit se faire en toute transparence. »

Pour aller plus loin

Dans la même thématique

Scandale des eaux en bouteille : « Ces dissimulations, c’est ce qu’il y a de pire dans une démocratie »
7min

Économie

« On est capable d’être compétitifs sur des produits tout en rémunérant mieux les agriculteurs », affirme Agnès Pannier-Runacher

Invités de l’émission Extra local, diffusée ce samedi 2 mars au Salon de l’Agriculture, les ministres Christophe Béchu, ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, et Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée auprès du ministre de l’Agriculture, sont revenus sur la colère des agriculteurs et les réponses apportées par le gouvernement pour y répondre. L’un comme l’autre juge nécessaire de mieux reconnaître le métier d’agriculteur que ce soit en termes de rémunération, de considération ou de concurrence avec les pays étrangers.

Le

Scandale des eaux en bouteille : « Ces dissimulations, c’est ce qu’il y a de pire dans une démocratie »
8min

Économie

« La crise Covid a mis un coup de frein » à la diminution de la pauvreté dans le monde, constate Esther Duflo, prix Nobel d’Economie 2019

Auditionnée ce mercredi 28 février par la Commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées, la prix Nobel d’Economie 2019, Esther Duflo, spécialiste des questions microéconomiques dans les pays en développement, a présenté ses travaux visant à renforcer la lutte contre la pauvreté. Si la chercheuse constate « des progrès rapides contre la pauvreté dans le monde » ces 30 dernières années, elle déplore que « le Covid a[it] mis un coup de frein à tous ces progrès » et s’inquiète des crises à venir. D’où l’importance pour la prix Nobel de repenser l’aide au développement.

Le