Les jeunes et les maths : une équation complexe

Les jeunes et les maths : une équation complexe

Dans 20 ans en 2022, ce mois-ci, Tâm Tran Huy et ses invités se penchent sur le rapport des jeunes aux maths. Pourquoi les jeunes Français n’ont-ils pas la bosse des maths ? Comment cette matière est-elle enseignée en France et pourquoi les filles sont moins nombreuses à étudier les maths et à embrasser une carrière scientifique ? Autant de questions sur lesquelles se penchent jeunes et experts dans l’émission du mois de septembre.
Public Sénat

Par Tam Tran Huy

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Mention très passable pour les jeunes Français en maths

 

Premier constat, démontré par de nombreux classements internationaux : le niveau des jeunes Français en maths est très moyen. Et surtout, il baisse : le niveau d’un élève en 4ème en 2019 est le même que celui d’un élève en 5ème en 1995. En 25 ans, nous avons donc perdu l’équivalent d’un niveau, d’une classe ! Une situation d’autant plus dommageable souligne le neuropsychologue Stanislas Dehaene que « les mathématiques sont un développement de l’esprit qui est indispensable pour tous. D’ailleurs, elles sont aussi demandées dans d’autres domaines. Ce n’est pas une petite élite qui a besoin des maths. » Il y a donc bien du travail pour rendre les maths moins abstraites, pour intéresser les élèves. Un défi auquel s’attelle Estelle Kollar, enseignante au collège et qui connaît un grand succès avec le compte Wonderwomath sur TikTok. Son objectif : « viser des élèves en très grandes difficultés ou qui n’ont pas d’atomes crochus avec les maths » et « donner du sens » à la matière.

 

Recherche enseignants en mathématiques

 

Ce manque d’intérêt pour les maths a pour corollaire un manque d’attractivité aujourd’hui du métier d’enseignant, particulièrement en mathématiques. Pierre Arnoux, vice-président de la Commission française pour l’enseignement des mathématiques souligne que, depuis plusieurs années déjà, « on a moins de candidats que de postes ». Solène Abadie, étudiante en Master 2 MEEF, qui prépare le CAPES de mathématiques souligne d’ailleurs que cette année, dans sa promo, « au premier cours, on nous a demandés qui veut être prof dans la salle, la moitié disait 'c’est mon plan B'. » Le plus beau métier du monde manque aujourd’hui de reconnaissance, les conditions d’exercice sont difficiles, les salaires restent bas, ce qui explique donc que les élèves avec un bon bagage en mathématiques ne se tournent plus vers l’enseignement.

 

Le retour des maths dans le tronc commun, une bonne réforme ?

 

Face à ce constat, la réforme du lycée de 2019 n’a guère amélioré la situation, bien au contraire. En retirant les maths du tronc commun et en créant une spécialité de 9h en classe de première d’un niveau très exigeant, la réforme a provoqué l’abandon des maths pour de nombreux élèves deux ans avant le Bac. Face au tollé suscité, le gouvernement a annoncé un retour partiel des maths dans le tronc commun, à raison d’1h30 par semaine. Mais pour Pierre Arnoux, ce rétropédalage s’est fait dans la précipitation et la désorganisation générale.

 

Maths : des inégalités femmes-hommes flagrantes

 

Cette réforme a surtout eu pour effet d’accentuer les inégalités femmes-hommes dans l’étude des maths. Beaucoup de lycéennes arrêtent les maths en première et se ferment donc de nombreuses portes. Pourtant, les petites filles en maternelle ne sont pas moins bonnes que les petits garçons en maths. Alors comment expliquer ces disparités ? Dès le CP, explique Stanislas Dehaene, en quelques mois, les disparités apparaissent : « A l’entrée en CP, il n’y a pas de différence garçons/filles. En 4 mois, les garçons deviennent meilleurs et au bout d’1 an, la différence devient importante. Les petites filles internalisent que les maths, ce ne sera pas pour elles. »

 

 

Face à ce constat déjà ancien, l’association « Femmes et mathématiques », présidée par Anne Boyé, organise des expositions qui mettent en avant de grandes figures féminines dans les sciences, des journées de sensibilisation dans les collèges et lycées pour que les jeunes filles se projettent vers des carrières scientifiques. L’école Polytechnique, qui fête cette année le cinquantenaire de l’ouverture de son concours d’entrée aux femmes, s’est aussi lancée dans des actions pour que plus de femmes soient tentées par la carrière d’ingénieure. Le choix fait par Bérénice Dieu, étudiante à Centrale Supelec, très minoritaire dans sa promo. Pour le chercheur Thomas Breda, enseignant à l’école d’Economie de Paris, il faut aussi voir le problème à l’envers : « Une partie du problème, c’est aussi de faire faire aux garçons des lettres, des métiers du soin et des métiers connotés féminins. »

Dans la même thématique

Les jeunes et les maths : une équation complexe
4min

Éducation

« Je suis stupéfait par ce que j’ai entendu ! », l’audition de représentants des universités sur l’antisémitisme inquiète les sénateurs LR

Ce 10 avril, en ouverture de sa mission flash sur l’antisémitisme dans l’enseignement supérieur, le Sénat entendait le président de France Universités et une professeure de philosophie membre du Conseil des sages de la laïcité. Une audition qui semble avoir choqué plusieurs sénateurs de droite, qui dénoncent le « déni total » de l’institution face à la recrudescence des actes antisémites.

Le

Les jeunes et les maths : une équation complexe
6min

Éducation

Laïcité à l'école : « Il y a une autocensure des enseignants sur les questions religieuses qui est beaucoup plus importante », remarque Iannis Roder

Clé de l’émancipation et condition de la liberté pour certains, jugée stigmatisante et liberticide par d’autres, la laïcité agite les passions. Les jeunes y sont-ils moins attachés ? Qu’en comprennent-ils ? Hania Hamidi, secrétaire générale de l’UNEF, Maxime Loth, responsable du Printemps Républicain à Sciences Po Paris, Valentine Zuber, historienne des idées et de la liberté religieuse et Iannis Roder, professeur d’Histoire-géographie dans un collège de Seine-Saint-Denis en ont débattu dans l’émission « Avoir 20 ans »

Le

Paris: Macron in a classroom during a visit to the Ecole primaire d’application Blanche
6min

Éducation

Formation des enseignants : Emmanuel Macron ramène le concours à bac +3

En déplacement dans une école primaire du IXe arrondissement de Paris, Emmanuel Macron a annoncé une réforme de la formation initiale des professeurs des écoles. Dès l’année prochaine, le concours sera avancé à bac plus 3 au lieu de bac plus 5 actuellement avec comme double objectif de mieux préparer les étudiants, et répondre à la faiblesse de l’attractivité du métier.

Le

Les jeunes et les maths : une équation complexe
3min

Éducation

Groupes de niveau au collège : Nicole Belloubet veut faire appel aux enseignants retraités

Auditionnée par la commission de la culture et de l’éducation du Sénat, Nicole Belloubet a indiqué qu’il manquait des postes d’enseignants pour les « groupes de niveau » en mathématiques et en français au collège, mis en place à la rentrée prochaine. La ministre a évoqué le recrutement de contractuels, mais compte également faire appel à des retraités.

Le