Annonces de Gabriel Attal sur l’éducation : « Ce que je comprends de ce qu’il va faire m’effraie », s’inquiète Benoît Hamon

Invité de la matinale de Public Sénat, Benoît Hamon a livré sa vision sur les annonces faites le 5 décembre par Gabriel Attal. L’ancien ministre de l’éducation nationale, sous François Hollande, se méfie des mesures annoncées qu’il considère comme des gages pour la droite, loin des véritables problématiques qui traversent l’enseignement.
Henri Clavier

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

« Je me méfie des éléments de langage, « choc des savoirs » et « des formules », commente Benoît Hamon interrogé sur les annonces faites par Gabriel Attal. Le ministre de l’Education nationale a notamment proposé la mise en place de groupes de niveaux, le retour du redoublement, la nécessité d’obtenir le diplôme national du brevet pour accéder au lycée et la fin de l’harmonisation des notes au niveau académique pour les examens. Ces mesures ont été annoncées quelques heures après la publication du classement Pisa par l’OCDE rapportant une chute historique en mathématiques et en compréhension écrite des élèves français.

« Ce que je vois, c’est la réalisation d’un fantasme des plus aisés »

« Ce que je comprends de ce qu’il va faire m’effraie », affirme Benoît Hamon qui craint que la mise en œuvre de groupes de niveaux produise un effet négatif. « Les groupes de niveaux en mathématiques et en français, c’est décréter, dès la sixième, qu’il y aura des élèves à la cave, au rez-de-chaussée et des élèves au premier étage », déplore Benoît Hamon. L’ancien candidat socialiste à l’élection présidentielle craint que les groupes de niveaux agissent comme un frein à la progression des élèves.

Surtout, Benoît Hamon fustige des mesures inefficaces prises pour plaire à la droite. « Ce que je vois c’est la réalisation d’un fantasme des plus aisés. Cet imaginaire, c’est de penser que les élèves les plus en difficulté tirent tout le monde vers le bas. Cette proposition va réaliser ce fantasme », souligne Benoît Hamon, ajoutant qu’il est « difficile d’échapper à son milieu ». L’ancien ministre estime que cette approche détourne l’école de ses véritables missions. « Gabriel Attal prend acte qu’il faut un système élitiste », regrette Benoît Hamon qui rappelle que « les sciences éducatives nous montrent que ce type de système aggrave les inégalités ». Plusieurs études, notamment de l’OCDE, pointent l’absence d’effet positif lié au redoublement.

« Le système français, très élitiste, va fracturer une génération »

Pour Benoît Hamon, le ministre de l’Education nationale fait une erreur d’analyse en prônant la fermeté. « L’Education nationale, c’est le temps long et personne ne peut penser qu’un plan construit de cette manière va régler ce qui est la réalité du système français, le choc des inégalités », explique Benoît Hamon. Surtout, l’ancien candidat socialiste identifie une forme de diversion de la part de Gabriel Attal alors que le classement Pisa s’attarde longuement sur les défaillances structurelles du système éducatif français. Le classement rappelle aussi le poids du milieu socio-économique de l’élève dans sa réussite scolaire. « Les conditions d’enseignement se sont globalement dégradées. Le système français, très élitiste, va fracturer une génération », craint Benoît Hamon. « La mission de l’école c’est élever, émanciper, il y a indiscutablement une promesse que l’école ne tient pas », continue Benoît Hamon qui fustige des réformes favorisant le déterminisme et la reproduction sociale.

« Quand on a des conditions d’enseignement qui sont celles-là, on ne peut pas s’attendre à faire des bons dans les classements, il y a un moment où ça décroche », constate Benoît Hamon.

Dans la même thématique

Ceremonie d hommage a Helene carrere d Encausse. Tribute ceremony to Helene Carrere dÕEncausse.
12min

Éducation

« Un très mauvais signal », « un crime » : les sénateurs très remontés contre les 900 millions d’euros d’économies dans la recherche et le supérieur

Sur les 10 milliards d’euros d’économies, la recherche et l’enseignement supérieur sont mis à contribution pour près d’un milliard. Une saignée dénoncée par les sénateurs de la commission de la culture et de l’éducation. « Cette coupe budgétaire rentre en totale contradiction avec la loi de programmation de la recherche », dénonce Laurent Lafon, président de la commission. Le ministère évoque des « ajustements sur les appels à projets de l’Agence nationale de recherche » et assure que « l’ensemble des engagements sur la vie étudiante […] sera bien sûr tenu ».

Le

Annonces de Gabriel Attal sur l’éducation : « Ce que je comprends de ce qu’il va faire m’effraie », s’inquiète Benoît Hamon
3min

Éducation

Collège : Nicole Belloubet souhaite constituer des « groupes d’une quinzaine d’élèves qui répondent à une pédagogie différenciée »

Interrogée à la suite des Questions au gouvernement au Sénat, la nouvelle Ministre de l’Education et de la Jeunesse a réaffirmé ses priorités, au premier rang d’entre elles, une meilleure prise en compte des différences des niveaux pouvant exister entre les élèves, dans la lignée du projet du « choc de savoirs » de Gabriel Attal.

Le

Paris : Etablissement scolaire Stanislas
2min

Éducation

Ecole privée sous contrat : les sénateurs de gauche demandent la création d’une commission d’enquête

Suite aux révélations dans la presse faisant état d’un rapport d’inspection accablant sur l’établissement scolaire privé catholique Stanislas, les sénateurs écologistes, socialistes et communistes demandent la mise en place d’une commission d’enquête sur « l’effectivité et l’efficacité du contrôle de l’Etat sur l’ensemble des établissements scolaires ».

Le