Mixité scolaire: « Cessez de jouer avec l’Élysée ce bien mauvais vaudeville » : le sénateur Max Brisson interpelle Pap Ndiaye

Après plusieurs dissonances entre Emmanuel Macron et le ministère de l’Education nationale, notamment sur la mixité sociale à l’école, le sénateur LR Max Brisson a demandé à Pap Ndiaye si ce dernier avait encore la confiance du chef de l’État pour mener ses réformes.
Guillaume Jacquot

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Froissée par les chantiers ouverts par le ministre de l’Éducation nationale, la droite sénatoriale n’aura pas manqué de relever la récente prise de distance d’Emmanuel Macron avec Pap Ndiaye sur ses propositions vivant à favoriser la mixité sociale dans les établissements privés. « Le ministre a raison de vouloir rassembler tout le monde. Mais, il ne faut pas réveiller de vieux conflits », recadrait le président de la République le 15 mai dans les colonnes de L’Opinion. Pas vraiment la marque d’un soutien.

« Pourrez-vous présenter un jour votre plan sur la mixité sociale à l’école ? » a demandé ce 17 mai le sénateur LR Max Brisson au ministre concerné. La présentation de son grand plan, avec l’idée notamment d’inciter les établissements privés à accueillir davantage d’élèves défavorisés, a été reportée de mois en mois. « Finalement, avez-vous la confiance du président de la République pour réformer et diriger l’Education nationale ? » a résumé le sénateur LR, référent de son groupe dans les questions d’éducation.

Le ministre a rappelé qu’il signerait ce soir un accord avec le secrétariat général de l’enseignement catholique et qu’il dévoilerait en parallèle « une batterie de mesures » de « nature à favoriser la mixité sociale » dans le secteur public.

« Le président de la République vous rappelle à l’ordre et vos plans sont rangés au placard »

Un autre sujet inquiète en parallèle le sénateur des Pyrénées-Atlantiques : la refonte du Conseil des sages de la laïcité, dont le ministre souhaite voir la composition et les missions élargies. « Entendez-vous redéfinir ce principe fondateur de notre République qui prévaut jusqu’à présent à l’école publique ? » a questionné le parlementaire. En réponse, Pap Ndiaye a répété que la laïcité devait être « observée de manière ferme et stricte ».

En la matière, la loi de 2004 sur les signes religieux dans les écoles publiques françaises constitue, selon le ministre, la « boussole » du ministère « en la matière ». Pap Ndiaye ajoute cependant que la laïcité doit aussi être une affaire de « pédagogie ». « La laïcité ne doit pas seulement être crainte, elle doit être aimée […] C’est très important pour convaincre et ne pas simplement faire respecter, au sens strict du terme », a ajouté Pap Ndiaye. Selon lui, son administration doit faire respecter la laïcité sur le terrain « de façon ferme, avec discernement ».

Le sénateur Max Brisson a récusé cette approche, regrettant une « laïcité à géométrie variable qui conduit au torpillage du Conseil des sages et qui laisse sans directive proviseurs et professeurs ». Au cours d’une réplique acerbe au terme de l’échange, le parlementaire a estimé que le ministre avait épinglé deux thématiques « en militant, pour enfin exister ». « Le président de la République vous rappelle à l’ordre et vos plans sont rangés au placard. Le problème est qu’à force de tirer à hue et à dia, la rue de Grenelle et l’Elysée passent à côté de l’essentiel : la réforme d’un service public à bout de souffle. Cessez donc de jouer avec l’Elysée ce bien mauvais vaudeville. »

Dans la même thématique

Mixité scolaire: « Cessez de jouer avec l’Élysée ce bien mauvais vaudeville » : le sénateur Max Brisson interpelle Pap Ndiaye
4min

Éducation

Interdiction des portables, vouvoiement des professeurs, uniforme : Jordan Bardella promet un « big bang de l’autorité » à l’école

En conférence de presse pour présenter son programme en cas de nomination à Matignon, le président du Rassemblement National (RN) s’est longuement attardé sur le sujet de l’éducation. Souhaitant un « big bang » de l’autorité pour faire de l’école, un « asile inviolable », Jordan Bardella a annoncé qu’en cas d’accession au poste de Premier ministre, « les téléphones seront interdits de l’ensemble des établissements scolaires, dont les lycées ».

Le

TOULOUSE Manif Education Nationale
7min

Éducation

Education : face aux « faiblesses » du système actuel, un rapport du Sénat propose de revoir la formation initiale des professeurs

Formulé en 13 recommandations, le texte propose notamment de rendre obligatoires les stages d’immersion pour les futurs enseignants du premier degré dès la licence, ainsi que d’ « inscrire la formation dans le temps long ». Objectif des sénateurs ? « Répondre à un déficit d’attractivité du métier d’enseignant ».

Le

La sélection de la rédaction

GANGES: French president visits Louise Michel school in Ganges
8min

Société

Pap Ndiaye temporise sur la mixité sociale : « Le Président joue le rôle du ministre de l’Education »

Après avoir annoncé des mesures sur la mixité sociale à l’Ecole, le ministre de l’Education nationale semble temporiser ses annonces sur l’enseignement privé. Des atermoiements qui posent la question de la marge de manœuvre de Pap Ndiaye face aux arbitrages rendus par Emmanuel Macron. Une interrogation à la gauche, qui attend les mesures du ministre avec impatience, comme à droite qu’on dénonce une offensive contre l’enseignement privé, comme à droite.

Le

Virus Outbreak France Baccalaureat
1min

Société

Mixité sociale à l’Ecole : comment est construit « l’IPS », l’indice de position sociale ?

Alors que Pap Ndiaye a lancé le chantier de la mixité sociale à l’Ecole, la mise à l’agenda du sujet est grandement due à la publication des « IPS » – l’indice de position sociale – des établissements scolaires, à la fin de l’année 2022. Mais comment est construit cet indicateur qui a mis en évidence de fortes disparités sociales entre le public et le privé ?

Le