Des établissements privés « subventionnés par l’État organisent un séparatisme social et scolaire », dénonce Pierre Ouzoulias

La ministre de l'Education nationale Amélie Oudéa-Castéra a été une nouvelle fois interpellée ce 24 janvier 2024, lors des questions au gouvernement. Le sénateur Pierre Ouzoulias (communiste), qui l’interrogeait, a dénoncé le « séparatisme social et scolaire » de certains établissements privés.
Guillaume Jacquot

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Séance plus calme, mais pas de répit pour la ministre de l’Education nationale, ce mercredi 24 janvier au Sénat. Si la quasi-totalité des questions au gouvernement ont été dirigées en direction du ministre de l’Agriculture, en raison de la grogne sociale qui monte en puissance, Amélie Oudéa-Castéra n’a pas échappé à une nouvelle interpellation sur la situation des écoles privées.

Sans citer nommément le collège-lycée privé catholique Stanislas, le sénateur (communiste) Pierre Ouzoulias a ciblé les « dérives » d’un établissement parisien, sous le feu de l’actualité depuis la nomination de la ministre, qui a fait le choix d’y scolariser ses enfants. L’institution est aussi dans le collimateur d’un rapport d’inspection, lequel relève des entorses sérieuses au contrat d’association, mais aussi un climat sexiste et « propice aux risques d’homophobie ». Dans une allusion aux révélations de Mediapart visant la ministre, le sénateur ajoute que des établissements ne « respectent pas les principes de Parcoursup ». « Des établissements subventionnés par l’Etat organisent un séparatisme social et scolaire. Il faut mettre fin à toutes ces dérives, on ne peut accepter que deux jeunesses vivent dans des mondes qui s’ignorent », a-t-il appelé.

Piquée au vif, la ministre a réagi de façon véhémente. « En parlant pour le privé de séparatisme scolaire, vous stigmatisez les choix de millions de parents », a-t-elle répondu, appelant encore à ne pas opposer l’école publique et l’école privée « qui concurrent ensemble au service public de l’enseignement ».

« Jugez-moi sur mon ambition pour l’école publique »

Et d’ajouter : « Je suis très claire, la République ne tolère aucun séparatisme, encore moins s’agissant de l’école, encore moins s’agissant de ses enfants. Les règles qui s’appliquent aux établissements privés sont celles de la République et je serai intransigeante sur le respect de la laïcité comme sur le respect de la liberté de l’enseignement. »

Assurant que les établissements privés sont engagés « au service de l’égalité des chances », la ministre a demandé au sénateur de ne pas faire de « procès d’intention ». « Jugez-moi sur mon action de ministre. Jugez-moi sur mon ambition pour l’école publique. Jugez-nous sur nos résultats au service de l’égalité des chances et de la réussite de toutes les écoles et de tous les enfants de ce pays ».

Dans sa réplique, le sénateur Pierre Ouzoulias a assuré que nombre d’établissements privés étaient « hors la loi ». « Vous devez impérativement exercer pleinement votre mission de contrôle pour l’intérêt de toute la République », a-t-il encouragé. Le parlementaire a d’ailleurs déposé une proposition de loi exigeant des établissements privés d’assurer un minimum de mixité sociale contre l’octroi de subventions publiques.

Pour aller plus loin

Dans la même thématique

Ceremonie d hommage a Helene carrere d Encausse. Tribute ceremony to Helene Carrere dÕEncausse.
12min

Éducation

« Un très mauvais signal », « un crime » : les sénateurs très remontés contre les 900 millions d’euros d’économies dans la recherche et le supérieur

Sur les 10 milliards d’euros d’économies, la recherche et l’enseignement supérieur sont mis à contribution pour près d’un milliard. Une saignée dénoncée par les sénateurs de la commission de la culture et de l’éducation. « Cette coupe budgétaire rentre en totale contradiction avec la loi de programmation de la recherche », dénonce Laurent Lafon, président de la commission. Le ministère évoque des « ajustements sur les appels à projets de l’Agence nationale de recherche » et assure que « l’ensemble des engagements sur la vie étudiante […] sera bien sûr tenu ».

Le

Des établissements privés « subventionnés par l’État organisent un séparatisme social et scolaire », dénonce Pierre Ouzoulias
3min

Éducation

Collège : Nicole Belloubet souhaite constituer des « groupes d’une quinzaine d’élèves qui répondent à une pédagogie différenciée »

Interrogée à la suite des Questions au gouvernement au Sénat, la nouvelle Ministre de l’Education et de la Jeunesse a réaffirmé ses priorités, au premier rang d’entre elles, une meilleure prise en compte des différences des niveaux pouvant exister entre les élèves, dans la lignée du projet du « choc de savoirs » de Gabriel Attal.

Le

Paris : Etablissement scolaire Stanislas
2min

Éducation

Ecole privée sous contrat : les sénateurs de gauche demandent la création d’une commission d’enquête

Suite aux révélations dans la presse faisant état d’un rapport d’inspection accablant sur l’établissement scolaire privé catholique Stanislas, les sénateurs écologistes, socialistes et communistes demandent la mise en place d’une commission d’enquête sur « l’effectivité et l’efficacité du contrôle de l’Etat sur l’ensemble des établissements scolaires ».

Le

La sélection de la rédaction

école Stanislas
5min

Politique

Le rapport d’inspection sur l’établissement Stanislas remet-il en cause son contrat d’association avec l’Etat ?

Le rapport d’inspection accablant sur l’établissement scolaire privé catholique Stanislas vient compléter la polémique qui touche actuellement la ministre de l’Education nationale, Amélie Oudéa Castéra, dont les trois enfants y sont scolarisés. Les inspecteurs généraux de l’éducation nationale relèvent des « dérives dans l’application du contrat d’association » mais également un climat sexiste et « propice aux risques d’homophobie ».

Le

Parcoursup
8min

Éducation

Parcoursup : derrière le système de contournement dont aurait bénéficié le fils d’Amélie Oudéa-Castéra, l’opacité des « algorithmes locaux »

Sous le feu des critiques depuis plusieurs semaines, le collège-lycée privé Stanislas se voit désormais reprocher de favoriser ses élèves de terminale qui souhaitent poursuivre leurs études dans l’une des classes préparatoires de l’établissement. Cette situation relance le débat autour du manque de transparence des méthodes de sélection retenues, en marge de Parcoursup, par certains établissements d’enseignement supérieur.

Le

Des établissements privés « subventionnés par l’État organisent un séparatisme social et scolaire », dénonce Pierre Ouzoulias
3min

Parlementaire

« Je crois, vraiment, qu’on ne doit pas opposer l’école publique et l’école privée », affirme Amélie Oudéa-Castéra

Alors qu’un rapport d’inspection accablant pointe les pratiques de l’établissement privé catholique Stanislas, où la ministre de l’Education nationale scolarise ses enfants, Amélie Oudéa-Castéra assure, pour l’école privée, vouloir « veiller à ce qu’elle soit toujours et partout au rendez-vous des principes et des valeurs de la République ».

Le